Basket - NBA : Draymond Green monte au créneau pour défendre Kevin Durant

le
0
Basket - NBA : Draymond Green monte au créneau pour défendre Kevin Durant
Basket - NBA : Draymond Green monte au créneau pour défendre Kevin Durant

Kevin Durant est critiqué de toute part à la suite de son départ de l'Oklahoma City Thunder pour rejoindre les Golden State Warriors cet été. Son coéquipier en club et en sélection, Draymond Green, aimerait qu’on le laisse tranquille.

« Leave Him Alone ! » (Laissez le tranquille !) Voici ce que réclame Draymond Green, ailier des Golden State Warriors. Depuis que le MVP 2014, Kevin Durant a quitté la franchise d’Oklahoma pour rejoindre les vice-champions en titre avec Curry, Green et compagnie, il a subi une pluie de critiques sur son choix de carrière (Paul Pierce entre autres). A quelques semaines de la reprise de la saison régulière (le 25 octobre), son coéquipier en club et en sélection demande à ce qu’on le laisse tranquille.

Green prend Apple et Google comme exemple

Pour défendre KD, l’ailier américain prend exemple sur l’univers impitoyable de la Silicon Valley : « Personne ne râle lorsque quelqu’un quitte Apple pour Google... Ne sont-ils pas concurrents ? En tant que basketteur, on est patron de ses propres affaires. On est du business, lance Green dans le Mercury News. Kevin Durant est un grand business, et il est son propre patron. Lorsqu’il décide de jouer pour une autre équipe, c’est un patron qui décide de partir d’où il était pour aller ailleurs. » Une belle métaphore pour imager ce que traverse actuellement son coéquipier. Green renchérit : « N’êtes-vous pas un compétiteur lorsque vous bosser pour Apple ? N’avez-vous pas envie de faire mieux que Google ? Quelle est la différence avec un terrain de basket ? C’est notre boulot, et on veut y faire ce qu’il y a de mieux pour nous », conclut-il. Pas sûr que les critiques s’arrêtent de pleuvoir pour autant.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant