Basket - Les yeux dans les Verts #2 : les Spurs de France

le
0
Laurence Ekperigin (Nanterre) monte au dunk face à Boulogne-sur-Mer.
Laurence Ekperigin (Nanterre) monte au dunk face à Boulogne-sur-Mer.

Lorsque l'attaque va, tout va. De la division départementale au sommet de la Pro A, le club de la JSF Nanterre n'a jamais renié son ADN : pour s'amuser et gagner, il faut une attaque bien léchée où chaque joueur peut se mettre en valeur. Cette philosophie offensive est ancrée dans la mentalité du club et de son entraîneur Pascal Donnadieu : "Notre public est fidèle et enthousiaste, nous devons lui offrir du spectacle. Et ça tombe bien, car je suis un coach tourné vers l'attaque ! Chaque année, je mets en place une attaque dynamique et altruiste où les joueurs peuvent jouer leur jeu sans se prendre la tête." Proposer un basket plaisant et de qualité n'est pas donné à tout le monde. Ainsi, à l'image du club de Tony Parker, les San Antonio Spurs, entraîné par Gregg Popovich, la JSF Nanterre s'est construite autour d'un état d'esprit immuable : le passing game comme disent les Américains. "Se passer la balle, limiter les dribbles, provoquer des décalages et mettre du rythme. Je veux que le groupe prenne du plaisir à jouer ensemble."Équilibre Dans l'attaque de la JSF, les ego mal placés n'ont donc pas leur place et tout le monde participe à la fête. Chaque joueur peut s'exprimer en attaque à partir du moment où il implique ses coéquipiers. Patients et matures collectivement, les Nanterriens font déjouer leurs adversaires grâce à un jeu en mouvement où chacun se sacrifie pour mettre son coéquipier dans les meilleures conditions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant