Basket - France - Fournier est très énervé après sa non-sélection

le , mis à jour le
0
Basket - France - Fournier est très énervé après sa non-sélection
Basket - France - Fournier est très énervé après sa non-sélection

Non sélectionné pour les Jeux Olympiques de Rio avec les Bleus, Evan Fournier a fait part de sa déception dans une interview accordée à L’Equipe et à paraître ce mardi.

Evan Fournier ne l’explique toujours pas. En juillet dernier, après le TQO de Manille qu’il n’avait pas pu disputer à cause de sa renégociation de contrat avec Orlando, l’arrière apprenait qu’il n’était pas sélectionné pour les Jeux Olympiques de Rio. Une profonde déception, comme il l’a expliqué dans une interview qui publiée ce mardi par L’Equipe : « Après ces dernières années, et ce que j’ai pu montrer en sélection, je pensais mériter ma place (...) Sur le plan purement sportif, je ne comprends pas. Je l'ai appris... sur Twitter. Ça faisait une semaine que je m'en doutais en lisant les interviews, où seul Rudy Gobert était cité parmi ceux n'ayant pas disputé le TQO pour rejoindre le groupe. (...) J'ai eu un message vocal de Vincent Collet après la sortie de la liste, qui m'annonçait la nouvelle et en expliquait sommairement les raisons », raconte Fournier, qui dit avoir regardé tous les matchs de basket du tournoi olympique, « de A à Z ».

« J'estime qu'il y a eu un manque de respect »

Meilleur marqueur français en NBA lors de la saison dernière avec 15,4 points de moyenne, Fournier avait pourtant, selon lui, tout fait pour disputer les JO. Il aurait par exemple demandé à son agent de ne pas faire monter les enchères lors de la renégociation de son contrat avec Orlando afin de ne pas faire traîner les choses et rejoindre au plus vite les Bleus (il a signé un bail de cinq ans pour 85 millions de dollars). Mais le sélectionneur Vincent Collet aurait alors privilégié la continuité, en conservant les joueurs qui avaient participé au TQO de Manille. Sauf pour Rudy Gobert, qui a pu, lui, intégrer l’équipe de France à la place d’Adrien Moerman. « Le maillot bleu, c’est tout pour moi, a ajouté Fournier. Depuis mes 15 ans, je n'ai jamais manqué une sélection, sauf l'année de ma Draft. J’estime qu’il y a eu un manque de respect de la part de la Fédération par rapport à tout cela. (...) Les deux moments où j'ai entendu parler de la Fédération cette année, c'était une visite de Patrick Beesley (le DTN, ndlr) à Orlando pour un repas, où on m'a indiqué les dates du TQO et des JO. On ne m'a jamais dit : si tu ne viens pas à Manille, tu ne viens pas aux JO. Le deuxième contact, c'est un SMS de Vincent Collet, le seul échange que j'ai eu avec lui depuis trois ans, en dehors des compétitions. C'était pour... me demander des places pour un match, pour des amis. » Evan Fournier n’a que 23 ans, mais le futur en sélection semble s’être assombri avec cette non-sélection. « Je ne fermerai jamais la porte à l'équipe de France. Mais ces événements m’envoient un message clair : celui que je ne suis pas dans le projet. C'est aussi simple que cela, et ça fait mal. ».
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant