Basket. Euro : Parker emmène les Bleus au deuxième tour

le
0
Basket. Euro : Parker emmène les Bleus au deuxième tour
Basket. Euro : Parker emmène les Bleus au deuxième tour

La France, emmenée par un Tony Parker tonitruant, est entrée de plain-pied dans l'Euro-2013 messieurs de basket en se qualifiant pour le deuxième tour après une partie acharnée contre l'Ukraine (77-71), dimanche à Ljubljana. Les Bleus avaient besoin d'un match référence, après la défaite initiale contre l'Allemagne (74-80) et leurs deux victoires sans réelle signification sur la Grande-Bretagne (88-65) et Israël (82-63).

Ils l'ont eu face à cette équipe d'Ukraine jusque-ici invaincue et qui a confirmé qu'elle n'était pas arrivée là par hasard, même si elle devra encore patienter un peu avant de valider son billet pour le deuxième tour.

Les vice-champions d'Europe ont confirmé leurs progrès. Pour la première fois du tournoi, l'équipe est apparue à l'unisson, en particulier dans l'effort défensif. Et elle a pu compter sur un très grand Parker pour faire la différence le moment venu. La France a cependant des ambitions plus élevées que de seulement accéder à la deuxième phase. Elle vise à court terme la première place de ce groupe A. Pour cela, il ne lui reste plus maintenant qu'à écarter la Belgique. Si elle y parvient, elle sera bien placée pour rejoindre les quarts de finale, son objectif minimal.

Le show TP

«C'est bien, a noté l'ailier Mickaël Gelabale. Maintenant, il faut concrétiser demain (lundi) contre la Belgique. Si on arrive à jouer comme en seconde période, franchement on ira loin.» Les Bleus ont pourtant diablement souffert pendant les vingt premières minutes. Leur attaque, pétaradante depuis le début de l'Euro, a connu pour la première fois des ratés. Ils ont achevé le premier quart-temps avec un piètre 29% d'adresse aux tirs et un 0 sur 7 à trois points. Heureusement, la défense a tenu le choc, malgré l'insolente adresse des Ukrainiens à longue distance.

En manque de solutions offensives, la France s'est appuyée sur son duo estampillé San Antonio Spurs : Parker et Boris Diaw. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant