Basket : comment le petit Nanterre est passé près du (gros) exploit

le
0
À l'image de son meneur Trenton Meacham, Nanterre est passé proche de la victoire face au CSKA Moscou.
À l'image de son meneur Trenton Meacham, Nanterre est passé proche de la victoire face au CSKA Moscou.

C'était le 7 octobre dernier, à Minneapolis, dans le Minnesota (au nord des États-Unis). Le CSKA Moscou affronte les Wolves de Minnesota, faisant partie d'une des quatre équipes européennes rencontrant une formation NBA pour la présaison du championnat américain. Certes, ce n'est pas la foule des grands jours au Target Center (9 111 spectateurs dans une salle d'une capacité de 20 500 places), mais les Moscovites vont réaliser un petit exploit : s'offrir le scalp d'une équipe NBA, les Wolves cédant en prolongation (108-106). Moins de deux semaines plus tard, l'ancien club de l'Armée rouge débarque à Paris pour son entrée en lice en Euroligue, la première des compétitions européennes. Un autre monde.

Face à ce club champion de Russie sans discontinuer depuis 2003 et six fois vainqueur de l'Euroligue, c'est un "petit poucet", inconnu il y a quelques mois encore hors des frontières hexagonales, qui reçoit l'ogre moscovite : Nanterre. Le champion de France surprise a chèrement acquis sa place en Euroligue. Une belle histoire pour un club au budget de 5 millions d'euros, loin des 40 millions de la formation moscovite.

Ambiance "Coupe de France"

La rencontre a des allures de choc des extrêmes, à l'image de la halle Carpentier où les Franciliens ont dû s'exiler pour répondre aux exigences de l'Euroligue. Une salle parisienne de 5 000 places, où les équipes de caméras (le match était diffusé sur beIn Sport) ont installé des chariots élévateurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant