BASKET. Boris Diaw: «Je me contente désormais à un rôle de facilitateur»

le
0
BASKET. Boris Diaw: «Je me contente désormais à un rôle de facilitateur»
BASKET. Boris Diaw: «Je me contente désormais à un rôle de facilitateur»

 Trois mois après la médaille de bronze décrochée à l'Euro en France, la routine NBA a repris pour Boris Diaw. La capitaine de l'équipe de France connait un début de saison prometteur avec son partenaire et ami Tony Parker. Actuellement 2e de la conférence Ouest du championnat nord-américain, derrière les intouchables Golden State Warriors, les Spurs sont en embuscade pour aller chercher un 6e titre de champion NBA. Depuis Toronto, qu'il affronte dans la nuit de mercredi, Boris Diaw est revenu, à l'occasion d'une conférence téléphonique, sur le début de saison des Spurs, la domination des Warriors et les attentats à Paris et au Stade de France le 13 novembre.

Cette saison, avec l'éclosion de Léonard et l'arrivée d'Aldridge, qui sont censés succéder au trio Duncan-Parker-Ginobili, les rôles ont été redistribués aux Spurs. Comment cela se déroule-t-il ?

Boris Diaw. C'est vrai qu'avant le jeu passait essentiellement par Tony (Parker), Manu (Ginobili) et Tim (Duncan). Désormais, Kawhi (Léonard) et LaMarcus (Aldridge) deviennent des leaders de l'équipe. Les cartes sont un peu redistribuées mais Tony effectue un très bon début de saison. Il a moins besoin de scorer, il se concentre sur la gestion de l'équipe et son rôle de meneur de jeu. Il fait beaucoup de passes. C'est le maître à jouer. Manu joue moins qu'avant. Il a du mal à tenir l'enchaînement des matchs parce que le corps fatigue. Mais quand il joue, c'est toujours Manu, il est chaud. Quant à moi, je me contente désormais à un rôle de facilitateur.

Léonard peut-il devenir le nouveau Duncan ?

Kawhi est comme Tim, il ne parle pas. Comme lui il est très calme, très zen, mais il s'ouvre de plus en plus avec le temps. Je le trouve de moins en moins timide. A l'avenir, je le vois vraiment devenir comme Tim. Il ne sera jamais extraverti mais ce sera un très bon leader.

Votre partenaire Boban Marjanovic (2,21 m, 123 kg) vous impressionne-t-il ?

J’ai quand ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant