BASF est optimiste pour 2012

le
0
BASF OPTIMISTE POUR 2012
BASF OPTIMISTE POUR 2012

LUDWIGSHAFEN, Allemagne (Reuters) - BASF a battu en brèche les anticipations de contraction de l'activité cette année en annonçant vendredi que ses résultats et son chiffre d'affaires augmenteraient cette année à la faveur d'un rebond porté par les marchés émergents au second semestre.

"Nous pensons que l'économie mondiale accélèrera dans le courant de 2012 après un départ modeste", explique dans un communiqué Kurt Bock, président du directoire du premier chimiste mondial par le chiffre d'affaires, ajoutant que ses objectifs pour 2012 étaient ambitieux.

Un risque existe de par l'incertitude entourant la question de la dette aux Etats-Unis et en Europe, tandis que "l'élan positif de l'industrie chimique viendra une fois de plus essentiellement des marchés émergents", estime-t-il.

La croissance viendra essentiellement des volumes de ventes chimiques et de l'accélération de la production en Libye, où la filiale Wintershall était la deuxième entreprise pétrolière étrangère avant l'insurrection.

Signe de l'optimisme du groupe chimique, le dividende annuel est relevé à 2,50 euros par action contre 2,20 euros l'an passé et 2,39 euros prédits par les analystes.

"La perspective positive pour l'économie mondiale et BASF est étonnante", dit Peter Spengler, analyste de DZ Bank.

L'action gagne 2% à 65,91 euros en matinée.

Les analystes anticipent une baisse du C.A. et du bénéfice d'exploitation cette année. Le chiffre d'affaires a totalisé 73,5 milliards d'euros et le bénéfice d'exploitation 8,4 milliards d'euros en 2011.

Le bénéfice d'exploitation du quatrième trimestre, ajusté des éléments exceptionnels, a diminué de 14% à 1,51 milliard d'euros, conforme au consensus Reuters.

Le chiffre d'affaires trimestriel a lui augmenté de 10% à 18,1 milliards d'euros.

Le bénéfice d'exploitation sera en retrait au premier semestre mais il sera en hausse le semestre suivant, a ajouté BASF, expliquant que ce solde opérationnel sera cette année bien supérieur au coût du capital avant intérêts et impôt.

BASF définit le coût du capital comme les intérêts versés sur la dette, auxquels s'ajoute ce que les actionnaires peuvent raisonnablement attendre comme rémunération de leur investissement.

En 2011, le coût du capital était de 11%, le pourcentage ayant tendance à varier de 9% à 13%.

Ludwig Burger, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant