Base américaine-Okinawa met des bâtons dans les roues de Shinzo Abe

le
1

TOKYO, 14 septembre (Reuters) - Le gouverneur du département d'Okinawa, île de l'extrême sud du Japon, a déclaré lundi qu'il allait prendre des mesures d'interdiction de travaux liés à une base aérienne américaine controversée, nouveau casse-tête pour le Premier ministre japonais Shinzo Abe qui s'efforce de faire adopter une réforme de la défense face à une opinion hostile. Le gouvernement nippon veut transférer en un autre endroit de l'île d'Okinawa - plus au nord - la base des Marines américains située à Futenma, près de la grande ville de Naha dans la partie sud. Nombre d'Okinawais hostiles à la présence militaire américaine veulent que la base ferme tout bonnement ses portes et ne soit pas relocalisée en un autre points de l'île. Le gouverneur d'Okinawa, Takeshi Onaga, qui a remporté l'élection l'an dernier en se battant contre le transfert de la base, a annoncé qu'il allait révoquer le permis accordé pour des travaux rendus nécessaires pour le transfert de la base. "C'est un pas vers l'interdiction de la construction", a dit le gouverneur lors d'une conférence de presse. Il faudra un mois environ pour révoquer le permis, qui a été accordé par le prédécesseur d'Onaga, et cette démarche risque fort d'entraîner une riposte du gouvernement japonais devant les tribunaux, indique la télévision publique NHK. La contestation visant la base aérienne américaine suscite un élan de sympathie dans l'archipel japonais et pourrait affaiblir un peu plus le soutien dont bénéficie Shinzo Abe, au moment où il veut faire adopter une réforme de la défense qui autoriserait les forces japonaises à intervenir à l'étranger en dépit de la Constitution pacifiste adoptée après la Seconde Guerre mondiale (voir ID:nL5N11K04V ). (Elaine Lies; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 14 sept 2015 à 09:44

    Le Japon commence à comprendre qu'il faut se méfier de ses "amis".