Bartolone soutient Hidalgo sur l'ouverture des commerces

le
0

PARIS, 6 septembre (Reuters) - Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a apporté dimanche son soutien à Anne Hidalgo dans le différend qui oppose la maire de Paris au ministère de l'Economie sur le choix des zones touristiques où les commerces pourront ouvrir le dimanche et le soir. "Sur une ou deux des zones touristiques, je la comprends, c'est trop large", a-t-il dit sur BFM TV, avant d'appeler de ses voeux une coopération entre le gouvernement et les élus locaux sur la question. La loi sur la croissance et l'activité du ministre de l'Economie Emmanuel Macron votée cet été autorise l'ouverture des commerces tous les dimanches et le soir dans des "zones touristiques internationales" et des grandes gares. Douze zones sont concernées à Paris, dont les Champs-Elysées, le boulevard Haussmann, Montmartre et le Marais, mais aussi les Olympiades dans le XIIIe arrondissement, Beaugrenelle, dans le XVe, les Halles et le quartier de la bibliothèque François Mitterrand. Les maires sont appelés à donner un avis sur les choix de Bercy mais celui-ci sera purement consultatif. Dans une interview publiée vendredi par Le Parisien-Aujourd'hui en France, Anne Hidalgo a déclaré avoir été "maltraitée" par les services d'Emmanuel Macron, qui n'ont pas, selon elle, retenu dans le projet de loi des amendements négociés en commun. Dans un courrier adressé au ministre, que publie dimanche le site internet des Echos, elle exprime sa surprise "quant au nombre et à l'étendue des zones touristiques internationales projetées, très au-delà de celles évoquées lors du débat parlementaire". "Votre démarche n'est fondée sur aucune étude d'impact et ne prévoit pas de véritable retour d'expérience", écrit-elle, ajoutant: "Les zones que vous projetez d'instituer révèlent le fantasme d'une ville entièrement dédiée à un tourisme consumériste, bien loin de la réalité quotidienne qui fait la singularité de la capitale". Selon Les Echos, Anne Hidalgo envisagerait le dépôt d'une question prioritaire de constitutionnalité sur ce dossier. La maire socialiste de Paris avait déjà obtenu samedi le soutien de celle de Lille, Martine Aubry, qui a jugé "incroyable de mettre autant de zones touristiques à Paris". (Yann Le Guernigou, édité par Henri-Pierre André)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant