Bartolone se dit "serein" dans l'enquête sur la gestion du 93

le
0

(Actualisé avec réaction de Claude Bartolone) PARIS, 6 octobre (Reuters) - Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, a dit mardi accueillir avec "sérénité" la révélation d'une enquête préliminaire ouverte sur un possible recrutement fictif au conseil général de Seine-Saint-Denis quand il le dirigeait. L'enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny contre X et vise un éventuel détournement de fonds publics, a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information du Monde. Confiée à la sous-direction des affaires économiques et financières de la police judiciaire, elle a été ouverte à la suite d'une dénonciation par un élu de l'opposition. Ce dernier a transmis au parquet les conclusions d'un rapport de la Chambre régionales des comptes (CRC) d'Ile-de-France diffusé au printemps, ajoute cette source. Le rapport, sur la gestion du département de Seine-Saint-Denis depuis 2010 vise, entre autres, un emploi jugé douteux au sein du conseil général. "Le contenu de l'emploi de l'intéressé () semble très peu défini et une incertitude existe sur la réalité de son service au sein de cette direction", conclut-il, selon Le Monde. Dans un communiqué transmis aux agences de presse, Claude Bartolone, qui présidait le conseil général de Seine-Saint-Denis à l'époque du recrutement mis en cause, dit recevoir "cette information avec sérénité" et faire "confiance à la justice pour établir toute la vérité". "Tous les recrutements qui sont intervenus lorsque j'étais président du conseil général de la Seine-Saint-Denis, l'ont été dans le parfait respect de la loi et ont tous été soumis au contrôle de légalité du préfet", dit-il. "Dans son rapport, la Chambre régionale des comptes (...) n'a pas considéré que ce recrutement était illégal. Dans le cas contraire, elle aurait eu l'obligation de saisir la justice, ce qu'elle n'a pas fait", ajoute-t-il. Son mandat de président ne signifie pas nécessairement qu'il était l'employeur, a souligné la source judiciaire, rappelant que l'enquête est ouverte contre X. Claude Bartolone estime que les circonstances dans lesquelles la justice a pris connaissance du rapport sont liées à l'actuelle campagne des élections régionales de décembre. Il est tête de liste PS en Ile-de-France. "Il n'a échappé à personne qu'une campagne électorale est engagée. La ficelle est un peu grosse", écrit-il. (Chine Labbé et Grégory Blachier, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant