Bartolone pour un régime présidentiel à la française

le
0

* PARIS, 3 octobre (Reuters) - Le socialiste Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, est favorable à "un régime présidentiel à la française" avec la suppression du poste de Premier ministre. Dans un livre d'entretiens à paraître le 8 octobre sous le titre "Je ne me tairai plus-Plaidoyer pour un socialisme populaire", le député de Seine-Saint-Denis se déclare favorable à "un nouvel équilibre incarné dans une VIe République". "Il est temps de faire un choix : soit on continue la présidentialisation et on opte clairement pour un régime présidentiel, soit on opte pour un régime parlementaire", dit-il, regrettant les nombreuses "retouches" à la Constitution de 1958 ces vingt dernières années sans véritable débat de fond. Le président de l'Assemblée dit ne pas croire à l'option du régime purement parlementaire et se prononce pour un régime présidentiel. "Pour être clair, je suis pour la suppression du poste de Premier ministre ainsi que pour la suppression du droit de dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République". "En contrepartie, l'Assemblée nationale ne devrait plus avoir la faculté de pouvoir renverser le gouvernement". Claude Bartolone plaide en faveur du scrutin majoritaire aux législatives, qui, dit-il, "a fait la preuve de son efficacité" mais réclame toutefois l'introduction d'une dose de proportionnelle "entre 10 et 20% des députés" de façon "à adoucir l'affrontement bipartisan dans notre pays". Pour le président de l'Assemblée, un régime présidentiel "c'est la garantie d'un Parlement puissant". Aussi préconise-t-il plusieurs mesures comme la possibilité pour le chef de l'Etat de venir s'exprimer tous les ans devant le Parlement. Ou bien encore de réduire de 577 à 400 le nombre de députés. Il propose également de réduire le nombre de sénateurs -- 348 actuellement -- et de fusionner la chambre haute avec le Conseil économique, social et environnemental (CESE). "Bref, si vous m'avez bien compris : selon moi la réforme de nos institutions est inéluctable et sera à coup sûr un des principaux thèmes de la prochaine présidentielle", affirme Claude Bartolone. (Emile Picy, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant