Bartolone : le cas Thévenoud "relève du surendettement"

le
0
Henri Guaino se dit choqué, mais n'aime pas les chasses à l'homme, tandis qu'Hervé Morin estime que le cas Thévenoud relève de la psychiatrie.
Henri Guaino se dit choqué, mais n'aime pas les chasses à l'homme, tandis qu'Hervé Morin estime que le cas Thévenoud relève de la psychiatrie.

Thomas Thévenoud, éphémère secrétaire d'État évincé pour défaillance fiscale, se maintient à son fauteuil de député, malgré les appels pressants pour qu'il quitte l'Assemblée nationale. À gauche, la majorité ne cache pas son embarras. À droite, certains élus sont d'une rare violence, à l'image d'Hervé Morin, qui le qualifie ce matin de "crétin". Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement : "Je vous confirme ce matin que Jean-Christophe Cambadélis (le premier secrétaire du PS) lui a demandé de quitter l'Assemblée nationale. (...) Il n'y a eu aucun passe-droit. (...) Mes fonctions m'interdisent de demander à un député de démissionner. Je constate que la formation politique à laquelle j'appartiens lui a demandé de démissionner. S'il démissionne, la conséquence est qu'évidemment il ne vote pas la confiance. Donc, je [ne] lui demande pas de voter la confiance. (...) Ce n'est pas souhaitable." (RMC et BFM TV)

Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale : "Le président de la Haute Autorité" pour la transparence de la vie publique "sera reçu par le bureau de l'Assemblée pour voir si l'on doit améliorer les choses". Selon le président de l'Assemblée nationale Thomas Thévenoud, avec qui il parle, est dans l'état de "celui qui a fait une grosse bêtise. Un couple qui avait certainement des problèmes financiers que personne n'avait vus et qui se rend compte de la résonance...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant