Bartolone charge Voynet, «enfant gâtée de la République»

le
5
Bartolone charge Voynet, «enfant gâtée de la République»
Bartolone charge Voynet, «enfant gâtée de la République»

La vengeance est un plat qui se mange froid. Celle du «parrain de Seine-Saint-Denis» prend la forme d'une note de blog au vitriol. Une douzaine de lignes pour dézinguer Dominique Voynet, nommée ce mercredi inspectrice générale des affaires sociales en Conseil des ministres.

«Le golden parachute d'une élue en mal d'électeurs», une «étrange décision», «un regrettable accroc à la République irréprochable», aux yeux de Claude Bartolone. Et de se déverser sur le «triste itinéraire d'enfant gâtée de la République» de l'ancienne maire EELV de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Attaque en règle

«Elue ou parachutée tour à tour dans le Jura, au parlement européen, en Seine-Saint-Denis, puis défaite par les électeurs ou auto-démissionnée par la certitude de l'être, Madame Voynet, si prompte à critiquer la violence du système, restera certainement silencieuse quant à la manière dont elle vient d'en profiter goulûment», tacle l'élu de Seine-Saint-Denis.

Pourquoi tant de haine ? Il faut remonter au mois de décembre 2013 pour comprendre la virulence de Claude Bartolone. A l'époque, Dominique Voynet annonce avec fracas qu'elle renonce à briguer un nouveau mandat de maire à Montreuil. Non seulement, l'ancienne ministre dénonce alors, en vrac, «l'exercice morbide» du pouvoir, la «violence» de la vie politique, l'«atmosphère irrespirable», les «opposants hargneux et insultants» et «une bonne dose de machisme», mais elle vise aussi directement le président de l'Assemblée nationale, élu du département, alors jusqu'à le dépeindre en... «parrain de la Seine-Saint-Denis», sa terre d'élection.

«Vous imaginez bien que ce n'est pas impunément que l'on commente les faits et gestes des parrains», devise-t-elle un matin sur BFM TV, ajoutant sans nommer Claude Bartolone, que «beaucoup de choses se font avec son assentiment, parce qu'il a placé à tous les niveaux des hommes et des femmes qui lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le jeudi 17 avr 2014 à 10:59

    On critique un système que l'on adoube quand on ramasse plus tard...C'est beau la gauche et l'intégrité...

  • 7ajt le jeudi 17 avr 2014 à 07:59

    On reclasse allègrement le troisième age des politiciens....et pas a des postes de misère.

  • M3553345 le jeudi 17 avr 2014 à 07:52

    LES DEUX SONT NULS ET VEULENT LEUR 15000 E PAR MOIS A PART CA SE SONT DES INCAPABLES

  • brinon1 le mercredi 16 avr 2014 à 21:46

    VOYNET C'EST L'ARBRE QUI CACHE LA FORET DES CES ENFANST GATES, de droite ou de gauche, ils sont des milliers, vidons les placards, chiche ?

  • M940878 le mercredi 16 avr 2014 à 19:48

    Bartolone le mec qui a créé un emploi fictif , celui de sa femme comme conseillère et qui possède une baraque de trois millions d'euros qui surplomble certains quartiers d'immigrés du 93, il veut avoir une vue sur son électorat d'assistés perpétuels