Bartholomew Ogbeche : "Lire "Macbeth" m'a appris beaucoup de choses "

le
0
Bartholomew Ogbeche : "Lire "Macbeth" m'a appris beaucoup de choses "
Bartholomew Ogbeche : "Lire "Macbeth" m'a appris beaucoup de choses "

Bartholomew Ogbeche est un mec à la coule. Dernier à quitter le vestiaire, il erre nonchalamment dans les couloirs du stade de Cambuur et lâche de temps en temps une phrase à un dirigeant ou à un coéquipier. En anglais ou en néerlandais, peu importe : " Batho " parle les deux langues parfaitement. Puis il débarque dans un sourire : " Salut ! Ça va ? " Le français est également au poil. Rencontre avec un joueur trilingue, mais pas que, bien content d'avoir trouvé la stabilité dans le Nord des Pays-Bas, qui disserte avec facilité de son parcours parfois chaotique, de son amour immodéré du PSG et de... Macbeth.

Si j'ai bien compris, ici, on ne t'appelle pas Batho, c'est ça ? Quand je suis arrivé au SC Cambuur et que je me suis présenté à l'équipe, je leur ai dit que je m'appelais Bartholomew Ogbeche, mais qu'ils pouvaient tous m'appeler Batho. Ils m'ont dit : " Ah non, ça va pas être possible ! On a déjà un Barto. En plus, il joue en attaque comme toi. " Barth, alors ? " Non, ça aussi on a, tiens regarde les noms sur les casiers ! " J'ai commencé à me dire qu'ils se moquaient de moi... En effet, il y avait déjà un Bartho et un Barth. Ils s'appellent tous Barth ici, c'est la première fois que ça m'arrive. Donc maintenant, pour moi ici, c'est " B ". Simplement " B ".
Tu t'es fait à la vie à Leeuwarden ? Oui, très bien. Bon maintenant, je ne vis plus à Leeuwarden, mais à Groningen depuis une petite semaine. J'ai pas encore eu le temps de découvrir la ville, mais ça a l'air d'être une belle ville. Et puis, tout le monde m'en a dit du bien. Je me sens bien à Cambuur. J'ai eu pas mal d'offres, mais je me sens bien ici. Ça fait un an et demi que je suis ici, je me suis bien adapté et les gens sont bien, chaleureux et gentils avec moi. Dès qu'il y a quoi que soit, ils te disent qu'il ne faut pas hésiter à aller vers eux, peu importe la raison. On se sent plus à l'aise, pas comme un étranger. Donc quand le club m'a proposé de prolonger mon contrat, je me suis dit : " Pourquoi pas ? " Ça a été une décision facile.
D'autant que le SC Cambuur t'a apporté la stabilité qui t'a manqué pendant plusieurs saisons... Tout à fait. L'Espagne, tout le monde sait que c'est un bon pays, où il fait très beau et où les gens sont chaleureux. Mais où les contrats ne sont malheureusement pas respectés. Dans tous les clubs où je suis passé en Espagne, aucun ne m'a payé. À chaque fois, je devais appeler mon avocat pour amener le club au tribunal. Moi, j'arrive toujours dans un club en toute confiance, je ne me concentre que sur le football. D'abord, on te dit que c'est la banque, que c'est ceci ou cela et au final, tu parles avec les joueurs espagnols déjà en place et on t'explique que c'est toujours comme ça. Donc tu prends un avocat et tes relations avec le club ne sont plus très fluides... Finalement, le club te met de côté tant que ce problème financier n'est pas…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant