Barre, Mauroy, Juppé, Fillon... les résultats mitigés des précédents plans de rigueur

le
1
Barre, Mauroy, Juppé, Fillon... les résultats mitigés des précédents plans de rigueur
Barre, Mauroy, Juppé, Fillon... les résultats mitigés des précédents plans de rigueur

Les plans de rigueur gouvernementaux sont vieux comme les problèmes budgétaires. Que la gauche ou la droite soit au pouvoir. Manuel Valls, qui fait voter ce mardi après-midi à l'Assemblée nationale une série de mesures d'économies de 50 milliard d'euros, n'est pas le premier chef de gouvernement à serrer la vis. Sous la Ve République, avant lui, Raymond Barre en 1976/1977, Pierre Mauroy en 1982/83, Alain Juppé en 1995 ou encore François Fillon en 2010/2011 s'y sont essayé. Quelles mesures pour quels résultats? Revue des différentes tentatives. 

Le plan Barre (1976/1977)

Le contexte. A peine installé à Matignon, Raymond Barre, le «meilleur économiste de France» devenu Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing (Républicains indépendants, centre droit), met au point fin 1976 un plan d'austérité pour lutter contre l'inflation et amortir les effets du premier choc pétrolier de 1973. Le franc est alors très faible et pâtit d'un Deutsche Mark au plus haut. La France atteint la barre du million de chômeurs.

Les mesures. Blocage des prix sur quatre mois, relèvement du tarif de la vignette auto, augmentation des taxes sur le carburant et l'alcool (respectivement de 15% et de 10%), majoration de l'impôt sur le revenu de 4 à 8 points, réduction de moitié de la croissance de la monétaire.

Les résultats*: en demi-teinte. Parce que le deuxième choc pétrolier a mis à mal les efforts du gouvernement. En 1979, deux années pleines après la mise en place du plan Barre, le chômage a augmenté (5%, contre 4,3% en 77). Idem pour la dette publique (21 % du PIB contre 18% du PIB en 77). En revanche le déficit public a baissé (0,2% du PIB contre 0,9% en 77). La croissance est similaire (3,4%,contre 3,6% en 77). 

Le plan Mauroy (1982/1983)

Le contexte. Deux ans après son arrivée au pouvoir, l'instauration des 39 heures, de la cinquième semaine de congés payés et de l'augmentation de 25% ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 29 avr 2014 à 16:26

    Simplissime : abrogeons tous les avantages sociaux concédés depuis de plan Barre.