Barrages : les rivaux d'EDF s'inquiètent

le
0
INFOGRAPHIE - Poweo, Enel et E.ON redoutent une ouverture du marché favorable à l'opérateur historique.

Six mois après l'annonce par Jean-Louis Borloo de l'ouverture à la concurrence d'un cinquième du parc hydroélectrique français (soit 5300 mégawatts, MW), les candidats piaffent d'impatience. Les premiers appels à candidature, portant sur deux lots regroupant neuf barrages, étaient prévus pour la fin 2010. Une date à interpréter «à six mois près», a rappelé vendredi lors d'une conférence (*) un représentant du ministère de l'Écologie face aux émissaires de plusieurs opérateurs.

Anticipant l'arrivée à échéance de nombreuses concessions à partir de 2013, et conformément à la politique européenne d'ouverture du marché de l'électricité, le gouvernement va ouvrir à la concurrence cinquante et un barrages regroupés en dix lots répartis par vallées ou bassins fluviaux. EDF est le concessionnaire de 33 des 51 barrages, soit 86% de ces 5300 MW qui doivent devenir accessibles à des concurrents. Les 18 barrages restant sont gérés par GDF Suez.

Les repré

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant