Barrages : les rivaux d'EDF encore contrés

le
0
La publication d'un rapport parlementaire défavorable à la mise en concurrence fâche les opérateurs étrangers.

En finir avec les incertitudes. Les grands énergéticiens européens (l'allemand E.ON, l'italien Enel, les scandinaves Fortum et Statkraft...) ont suivi avec une extrême attention la séquence qui vient de se dérouler au sujet des concessions hydro­électriques. Début septembre, le gouvernement, sous la pression de la Cour des comptes, promettait que le processus d'ouverture à la concurrence serait amorcé pour plusieurs barrages en 2014 ; puis, mardi soir, les députés Marie-Noëlle Battistel (PS) et Éric Straumann (UMP) ont présenté un rapport très attendu qui freine au contraire le mouvement, avec trois scénarios alternatifs à la clé qui tous mettent la puissance en première ligne. Dans la foulée, le ministre de l'Énergie, Philippe Martin, a assuré que les pouvoirs publics allaient dialoguer sur ce dossier avec les parlementaires. Dans tous les cas de...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant