Barrage du Top 14 : le Racing 92 poursuit sa route

le , mis à jour à 11:01
0
Barrage du Top 14 : le Racing 92 poursuit sa route
Barrage du Top 14 : le Racing 92 poursuit sa route

« C’est dommage qu’on ne joue pas contre Rennes ! Ça m’aurait arrangé... » Laurent Labit, coentraîneur du Racing, pouvait sourire hier soir, vers 23 h 30, dans la salle de presse du stade Yvesdu- Manoir de Colombes en songeant à la demi-finale. En résistant aux derniers assauts de Toulouse, le Racing s’est offert le droit de se rendre en Bretagne... mais pour affronter Clermont. Et, évidemment, ce ne sera pas une partie de plaisir pour le club francilien qui retrouve ce niveau de la compétition deux ans après sa défaite contre Toulon, à Lille.

 

« Je suis vraiment fier de notre équipe », souffle le capitaine Dimitri Szarzewski, quelques minutes après avoir serré dans ses bras son ami toulousain Imanol Harinordoquy, dont c’était le dernier match. « Mais on ne va pas s’emballer, ajoute-t-il immédiatement. C’est juste une victoire qui nous permet de poursuivre notre rêve. Maintenant, place à la récupération. Car, Clermont, c’est ce qui se fait de mieux. » Même volonté de calmer le jeu chez Maxime Machenaud, le demi de mêlée ciel et blanc : « Nous sommes heureux, mais nous n’avons rien gagné. »

 

La saison du Racing 92 a pourtant bel et bien pris hier soir, lors de ce barrage contre Toulouse, un peu plus d’épaisseur. Après avoir atteint la finale de la Coupe d’Europe, mi-mai, le club du président Jacky Lorenzetti est en effet désormais en demi-finale de Top 14. Même s’il a tremblé jusqu’au bout, le club historique du championnat a mérité sa qualification pour avoir notamment mené tout au long de cette rencontre.

 

Il doit en partie cette qualification à sa star All Black Dan Carter, impeccable au pied. Le retour en forme du demi d’ouverture est certainement la plus belle nouvelle pour le club peu épargné par les blessures ces derniers temps. Sous les yeux des anciens Franciliens, Patrick Serrière, Michel Tachdjian ou encore Jonathan Wisniewski, les Ciel et Blanc sont allés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant