Barrage de Sivens : Ségolène Royal veut «trouver des solutions»

le
2
Barrage de Sivens : Ségolène Royal veut «trouver des solutions»
Barrage de Sivens : Ségolène Royal veut «trouver des solutions»

Après l'écotaxe, le sort du barrage de Sivens, près de Gaillac (Tarn), est un nouveau dossier que va tenter de déminer Ségolène Royal, la ministre de l'environnement. Défenseurs de l'environnement, représentants des agriculteurs, élus locaux et experts se retrouvent ce mardi à partir de 18 heures au ministère de l'Ecologie, neuf jours après la mort de Remi Fraisse lors d'affrontement entre opposants au projet et forces de l'ordre.

Depuis Ottawa, François Hollande a estimé que cette «réunion de concertation sur la base d'une expertise» était «la bonne méthode». «Ma responsabilité est de trouver des solutions, l'objectif de cette réunion c'est de trouver des solutions», a annoncé dimanche Ségolène Royal, alors que les opposants dénonçaient le silence du ministère. Selon la ministre, «il y a eu une erreur d'appréciation dans la décision». Et d'ajouter : «Un tel ouvrage ne serait plus possible aujourd'hui».

Un barrage «illégal», selon Noël Mamère

Ce projet de barrage, situé à l'Isle-sur-Tarn, est destiné à retenir 1,5 million de mètres cubes d'eau grâce à une digue construite à travers un petit cours d'eau, le Tescou. Pour les défenseurs de l'environnement, qui demandent l'abandon pur et simple de ce projet, cette retenue viendrait détruire 13 hectares de «zones humides» qui abritent «un réservoir de biodiversité» avec plus de 94 espèces animales protégées (grenouilles, libellules...).

Nicolas Hulot, interrogé ce mardi dans Le Parisien, estime qu'«abandonner» ce projet relève simplement du «bon sens». Noël Mamère (ex-EELV) lui fait écho estimant que le barrage n'est «pas légal». «Les experts sont les mêmes qui ont construit le barrage, une société d'économie mixte qui s'appelle la Compagnie d'aménagement des coteaux de Gascogne, qui a fait l'étude et réalisé le barrage», a affirmé ce mardi matin sur RTL le maire de Bègles (Gironde). «Il n'est pas un barrage pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • van-cail le mardi 4 nov 2014 à 10:18

    Ca colle pas, je calcule 7.875.000 m3.315x2.000x12,50

  • van-cail le mardi 4 nov 2014 à 10:07

    Tout petit ce barrage, et ils en font une montagne.