Barrage de Sivens : les écolos pour une décision après les départementales

le
2
Barrage de Sivens : les écolos pour une décision après les départementales
Barrage de Sivens : les écolos pour une décision après les départementales

Alors que la ville d'Albi est bouclée, pour éviter que pros et anti-barrage de Sivens ne s'affrontent au pied du conseil général du Tarn, sous haute protection ce vendredi, les politiques souhaitent qu'un compromis soit rapidement trouvé. «La priorité, c'est l'apaisement. Les élus du département du Tarn doivent prendre acte de l'abandon du projet initial», préconise, sur Europe 1, l'écologiste François de Rugy.

Le député Europe Ecologie - Les Verts (EELV) estime qu'il est urgent d'attendre la conclusion des élections départementales, les 22 et 29 mars prochains, pour que la nouvelle assemblée départementale - si le président sortant Thierry Carcenac (PS) n'était pas reconduit - décide de l'avenir de la zone humide du Testet. Ce délai permettrait en outre, selon lui, d'approfondir les deux propositions de la ministre Ségolène Royal comme alternative au barrage. «Cela mérite d'être encore un peu travaillé. Les propositions qui sont sur la table ne satisfont personne », affirme de Rugy, « si on veut que le projet réponde aux demandes des agriculteurs » d'autant que « la France est sous le coup d'une mesure européenne (Ndlr : de sanction) sur ce barrage. On va pas recommencer ».

VIDEO. François de Rugy : « il faut écouter les agriculteurs »

«Si j'étais le président du conseil général du Tarn ce matin, je dirais qu'on renonce au premier projet et qu'on remet l'alternative, en concertation avec la ministre de l'Ecologie, à la décision du prochain exécutif du département », suggère lui-aussi l'eurodéputé EELV José Bové. « S'ils veulent quand même faire un barrage -c'est la pire solution-, ça va repousser le projet d'au moins trois ans parce qu'il faut refaire une enquête d'utilité publique. Même les avocats du projet le reconnaissent, d'autant qu'on est toujours en zone humide, donc en infraction avec l'Europe », a-t-il insisté sur France Inter.

Bové rappelle l'adage : Ouvrage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 6 mar 2015 à 12:02

    SIVENS OU la déliquescence du gouvernement .126 milliards d'impôts de plus depuis 2012 et le déficit continu d'augmenter. 500.000 CHÔMEURS DE PLUS. c'est ce qui s'appelle une submersion de ratés de loupés d'incompétence et d'irresponsabilité.

  • M8252219 le vendredi 6 mar 2015 à 12:02

    Ils attendent un nouveau martyr !