Baromètre Ipsos-Le Point : Sarkozy affaibli par sa mise en examen

le
1
Nicolas Sarkozy perd 7 points et recule à 33 % de bonnes opinions dans le baromètre Ipsos-Le Point.
Nicolas Sarkozy perd 7 points et recule à 33 % de bonnes opinions dans le baromètre Ipsos-Le Point.

Nicolas Sarkozy subit de plein fouet deux bourrasques successives : le doute qui plane sur le financement de sa campagne 2012 et sa mise en examen pour corruption, recel du secret professionnel et trafic d'influence. Fatalement, notre baromètre Ipsos-Le Point traduit l'impact négatif dans l'opinion : l'ancien chef de l'État perd 7 points et recule à 33 % de bonnes opinions. C'est le record à la baisse depuis sa défaite. Même au printemps dernier, lors des révélations sur l'affaire des écoutes et celles de Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy n'était jamais tombé en dessus de 39 %. Sa contre-offensive télévisée sur TF1 n'a pas eu l'effet désiré. En deux mois, son capital de "bonnes opinions" a fondu de 13 points. Cependant, l'ancien président reste le plus fort chez les sympathisants UMP avec 74 % de bonnes opinions. Dans le contexte, il résiste bien et ne se ferme ainsi aucune porte quant à son retour possible à la tête du parti. Alain Juppé, numéro un au classement général avec 52 % de bonnes opinions (stable), le talonne d'un point chez les sympathisants UMP avec 73 % de soutiens (- 2). Au fond, aucun des concurrents de Nicolas Sarkozy ne profite réellement de ses déboires. Pas plus Juppé que François Fillon : 38 % d'opinions favorables auprès des l'ensemble des sondés (en recul de 2 points) et 65 % chez les sympathisants UMP (+ 2). En revanche, la campagne de terrain de Bruno Le Maire lui permet d'engranger des points chez les sympathisants...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mardi 15 juil 2014 à 07:37

    JPi- Et s'il était affaibli par une petite prise de conscience. Durant ses 5 ans au pouvoir il a utilisé son parti comme il a géré le pays. Il a fait des trous : 80 millions à l'Ultra Mauvais Parti et 600 milliards de dette sup pour la France. Il finira bien par tomber dans l'un de ses trous. S'il y a des Français qui souhaitent, encore, qu'ils reviennent ils ne sont pas très clair dans leur tête.