Baromètre Insti7: les actifs risqués européens plébiscités par les gérants

le
0

(NEWSManagers.com) -

De la confiance ! Le sentiment général des 48 sociétés de gestion interrogées dans le cadre du Baromètre Insti 7 du mois de mars s'affiche résolument positif au jeu des anticipations. Moyennant quoi, les actions se positionnent comme la classe d'actif la plus en vue. A condition cependant de lire entre les lignes, car les convictions ne sont pas aussi fortes selon que l'on s'intéresse aux marchés européens, américain, japonais ou aux marchés émergents. Précisément, le vieux Continent est l'objet de toutes les attentions. Plus de 95 % des sociétés sondées considèrent ainsi que les conditions d'investissement sont favorables en jugeant les actions de la zone euro correctement évaluées (59,6 %) ou sous-évalués (31,9 %), voire fortement sous évaluées (4,3 %). Ce n'est pas le cas pour les actions américaines que certains gérants jugent surévaluées (31,9 %) ou fortement surévaluées (2,1 %).

Les sociétés de gestion sont plus circonspectes pour juger des actions japonaises : l'essentiel des réponses se divisent en deux groupes équivalents pour estimer que les actions sont sous évaluées (47,7 %) ou... correctement évaluées (45,5 %). Enfin, logiquement après la correction qui leur a été infligée, à plus de 82 %, les sociétés de gestion estiment que les actions des marchés émergents sont sous évaluées ou correctement surévalués. Seuls 11,1 % évoquent encore une surévaluation.

Ce panorama justifie qu'en 2014, la quasi-totalité des gérants renforceront leur exposition aux actions de la zone euro (48,9 %) ou, à tout le moins, la maintiendront. Même si 17,4 % des sondées comptent diminuer cette année leurs expositions aux titres américains, la première économie mondiale inspire confiance : plus de 76 % vont maintenir ou accroitre leur position. Le Japon interpelle une nouvelle fois : 63 % compte investir ou maintenir leur exposition tandis que 15,2 % procèderont au mouvement inverse, et que plus de 20 % ont d'ores et déjà fait l'impasse sur cet univers d'investissement. Enfin les marchés émergents ont clairement inversé la tendance : après la défiance, l'effet d'aubaine ! Près de 80 % des sondées vont se renforcer sur ces marchés ou maintenir leur poche correspondante. Et ce sont les marchés d'Asie Pacifique qui trouvent grâce aux yeux des gérants (72,7 %) devant les marchés frontières (39,4 %).

Etre confiant dans le potentiel des actions est une chose. Etre serein sur le tracé de de 2014 en est une autre. Ainsi, à la question de savoir si il y a un risque de contagion de la crise subie par certains pays émergents aux pays développés, 58,3 % des sociétés de gestion répondent par l'affirmative. Par ailleurs, sur le plan géopolitique, les gérants se sont dits convaincus à près de 80 % que la situation politique en Ukraine peut " impacter" la zone euro/Europe. Plus encore que les marchés émergents (70,5 %) ou les pays de l' OCDE (50 %)...

Dans le détail, au sein de la classe d'actifs " actions" , l'étude note que les petites et moyennes capitalisations Euro / Europe suscitent toujours autant d'engouement (80 %), même si, note l'étude, une légère hausse des opinions négatives est perceptibles (6,7 %).

Enfin , côté obligataire, les anticipations des gérants et les expositions de leurs portefeuilles sont surtout positives pour les classes d'actifs les plus risqués ? haut rendement et convertibles de la zone euro (de l'ordre de 60 % dans les deux cas). A l'opposé, les obligations internationales et les titres d'Etat de long terme suscitent pour une majorité des avis négatifs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant