Barnier demande à Hollande du courage politique sur les déficits

le
6

PARIS (Reuters) - Michel Barnier, le membre français de la Commission européenne, a exhorté samedi François Hollande à faire preuve de "courage politique" en poursuivant les réformes malgré le répit donné par son institution à la France pour résorber ses déficits.

L'exécutif communautaire a annoncé vendredi être prêt à octroyer aux autorités françaises un délai de deux ans, jusqu'en 2015, pour ramener le déficit public du pays à 3% du PIB, une cible que la France devait initialement atteindre dès 2013.

Ce délai, qui a aussi été accordé à l'Espagne, fait grincer des dents dans le parti d'Angela Merkel même si le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, l'a jugé conforme aux règles les plus récentes du pacte de stabilité de l'euro.

"C'est un contrat", a dit sur Europe 1 le commissaire au Marché intérieur, Michel Barnier. "Nous sommes prêts à ces deux années qui sont à la fois une chance et un moment de vérité."

La France, a-t-il ajouté, doit être en mesure de réduire ses "frais de fonctionnement" à un rythme plus lent, comme l'a prescrit sa propre Cour des comptes, et elle en est "capable comme d'autres l'ont fait, l'Allemagne, les pays nordiques".

Mais elle doit aussi poursuivre les réformes des retraites et du marché du travail pour améliorer sa compétitivité et inverser la courbe du chômage.

"C'est aussi un moment de vérité pour le gouvernement qui doit avoir le courage politique de faire ces réformes qui vont parfois être mal comprises, qui vont demander des efforts mais il faut montrer le sens de ces efforts", a dit Michel Barnier.

LA CDU-CSU CRITIQUE

Ce membre de l'UMP a également appelé l'opposition à "avoir le courage politique de soutenir le gouvernement quand il fera des réformes qui iront dans la bonne direction".

François Hollande a déclaré vendredi qu'il n'abuserait pas de la liberté donnée par la Commission.

Ce délai de deux ans "vient consacrer ce que la France a demandé depuis un an : qu'on mette la croissance au premier rang de nos priorités", a dit le président français.

"Ne croyez pas pour autant que parce qu'on a cette souplesse, cette liberté, cette capacité qui nous est donnée d'engager notre politique sans avoir une contrainte qui nous empêche d'agir pour la croissance et l'emploi, nous puissions nous dispenser du sérieux budgétaire indispensable."

En Allemagne, Wolfgang Schäuble a jugé le délai accordé à la France conforme avec les règles du pacte de stabilité réformé "qui permet une certaine flexibilité".

"Mais la Commission a aussi dit, et c'est très important, que des exigences claires pour les réformes nécessaires accompagnent (l'extension)", a-t-il dit dans l'hebdomadaire Bild am Sonntag à paraître dimanche.

Les parlementaires chrétiens-démocrates n'apprécient toutefois guère la mansuétude de la Commission.

Michael Stuebgen, expert des questions européennes de la CDU, a estimé dans le magazine Focus que la France n'avait "même pas commencé à entreprendre des réformes".

"Dans ce contexte, un extension (du délai pour résorber les déficits-NDLR) donne seulement un signal : 'continuez comme ça'", a-t-il dit.

Alexander Dobrindt, le secrétaire général de la CSU, la branche bavaroise de la démocratie-chrétienne allemande, a renchéri dans Focus : il ne peut y avoir "un bonus particulier pour des politiques qui ont failli", a-t-il dit.

Yves Clarisse, avec Annika Breidthardt à Berlin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9035148 le dimanche 5 mai 2013 à 22:05

    pingouin ne veut pas faire de réformes.a quoi bon lui donner un délai....

  • dratiser le dimanche 5 mai 2013 à 09:01

    pret à parier , prochaine annonce , blocage total salaires fonctionnaires et retraites (toutes ..) pdt le temps necessaire , ça"coute rien" facile à mettre en oeuvre et limité dans le temps

  • rcresus le samedi 4 mai 2013 à 21:01

    encore u planqué du ya ca faut kon

  • pierry5 le samedi 4 mai 2013 à 19:08

    Barnier, le spécialiste du racket organisé et légiféré. Cet homme est dangereux, il faut s'en méfier.

  • speedy36 le samedi 4 mai 2013 à 18:26

    le meme courage que sarkozy a eu pour dépenser 600 milliards d'euros avant que les agences de notation lui tapent sur les doigts !!!!

  • M1961G le samedi 4 mai 2013 à 18:01

    concernant les retraites je propose à hollande de caler les retraites des ministres,députés,sénateur,fonctionnaires,edf,sncf sur celle du privé .départ à 62 ans pour tout les français,41.5 d'anée de cotisation.si demain flanby fait cela alors il remontera dans mon estime.si hollande se contente de toucher aux retraites du privé,alors la rue aura le dernier mot.

Partenaires Taux