Bardet, et maintenant le podium

le , mis à jour à 06:11
0
Bardet, et maintenant le podium
Bardet, et maintenant le podium

Casquette enfoncée sur les oreilles, serviette autour du cou, Romain Bardet, coincé entre deux bus, se plie au rituel du home trainer après l'étape, sur fond de mont Blanc radieux. Nul autre arrière-plan ne siérait mieux au jeune Auvergnat qui foule des sommets inexplorés sur le Tour de France pour sa 4e tentative. Le leadeur d'AG2R-la Mondiale, encore 6e hier matin, est monté d'une marche au général. Au sommet de Finhaut-Emosson, premier des quatre volets alpestres, il a joué les premiers rôles hier, en plaçant une accélération aux 400 m, en réponse à l'attaque de Porte aux 2 km. Accélération fatale à Quintana lui-même (voir par ailleurs)...

 

Certes un peu distancé par Froome (Sky) et Porte (BMC), Bardet n'a pu se défaire d'Adam Yates (Orica), 23 ans, mais a creusé des écarts sur l'ensemble des autres favoris : 8'' sur Aru (Astana), 17'' sur Quintana (Movistar), 29'' sur Mollema (Trek), 1'51'' sur Valverde (Movistar).

 

Pour le frêle coureur de Brioude (Haute-Loire), un podium prend forme, après sa 6e place de 2014, dans le sillage de son coéquipier Jean-Christophe Péraud, 2e. « Au briefing, ce matin, le mot (NDLR : podium) a été lâché, confie Julien Jurdie, directeur sportif. Je leur ai dit que je ne voulais pas qu'ils aient de regrets lundi matin dans leur canapé. On ne dit pas que ça va être simple, mais on a tous dans l'idée de remonter sur la boîte à Paris. » L'intéressé ne s'enflamme pas : « Je ne fais pas de plan sur la comète. On verra au jour le jour. On voit qu'il y a pas mal de mouvements avec Movistar et Astana qui veulent décanter les choses. Je serai là pour essayer de tirer les marrons du feu... »

 

Bardet ne sera jamais surpris à fanfaronner. Il n'en reste pas moins que son parcours sans-faute jusqu'ici, la sérénité et la confiance qu'il dégage inspirent confiance. « J'ai 25 ans, je commence à avoir de la bouteille, reprend-il. Je ne m'affole plus, j'en garde ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant