Barclays n'abandonne pas la banque universelle

le
0
Le britannique investit 1 milliard de livres dans la banque de détail.

On peut être un flamboyant banquier d'investissement américain et croire au modèle de la banque universelle. C'est en tout cas le discours que martèle Bob ­Diamond depuis qu'il a été désigné, le mois dernier, comme le successeur de John Varley à la tête de Barclays. Beaucoup y voyaient en effet le signe précurseur d'un recentrage de la banque britannique sur la haute finance. «La banque de détail constitue une part importante de Barclays. Et Bob Diamond a participé à l'élaboration de la stratégie que notre division a présentée en juin dernier au conseil d'administration», insiste Antony Jenkins, le patron de Global Retail Banking, l'activité banque de détail qui a généré 23% des profits du groupe au premier semestre.

Doit mieux faire. L'objectif est de porter de 13 à 15% le rendement des fonds propres de ce pôle en 2015, contre 10% au premier semestre 2010. Mais quand d'autres sont aux aguets pour saisir des opportunités -Santander vient de doubler BNP Pari

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant