Barclays-La réduction de voilure a grevé le résultat du T2

le
0
 (Actualisé avec des précisions, contexte, cours de Bourse) 
    par Lawrence White et Sinead Cruise 
    LONDRES, 29 juillet (Reuters) - Barclays  BARC.L  a annoncé 
vendredi un bénéfice imposable en baisse de 21% au premier 
semestre, les charges liées à la cession ou à la réduction des 
actifs jugés non stratégiques ayant prélevé leur tribut sur les 
résultats. 
    La banque britannique a fait état d'un bénéfice imposable de 
deux milliards de livres (3,1 milliards d'euros) contre 2,6 
milliards un an auparavant. 
    Le tassement du résultat résulte essentiellment d'une perte 
de 1,9 milliard de livres de la structure regroupant les actifs 
à céder d'ici la fin de l'année prochaine, dont le banque se 
déssaisit au fur et à mesure dans un environnement économique 
rendu d'autant plus âpre par la décision de la Grande-Bretagne 
de sortir de l'Union européenne (UE). 
    Le bénéfice tiré de l'activité de base, regroupant les prêts 
aux ménages et aux entreprises, les cartes de crédit et la 
banque d'investissement ressort à 2,4 milliards de livres, en 
hausse de 19%. 
    "Tout bien considéré, l'image du deuxième trimestre est 
celle d'une progression forte et accélérée au regard de notre 
stratégie. Nous sommes persuadés que c'est la bonne solution 
pour Barclays et ne voyons aucun motif de la revoir elle ou 
encore le rythme auquel elle donne des résultats, à la lumière 
du vote en faveur de la sortie de l'UE le mois dernier", 
explique le directeur général Jes Staley dans un communiqué. 
    La victoire du Brexit le 23 juin dernier n'a pas arrangé les 
affaires d'un secteur bancaire britannique en proie, ici comme 
ailleurs, à un contexte de taux d'intérêt qui n'ont jamais été 
aussi bas et à une réglementation devenue beaucoup plus stricte. 
    Les charges d'exploitation ont baissé d'un dixième à 7,7 
milliards de livres, la banque ayant eu en particulier moins de 
litiges, et cette dernière précise qu'elle est bien partie pour 
parvenir à son objectif de coûts de 12,8 milliards de livres 
cette année pour son activité de base. 
    Barclays a dit aussi qu'elle avait inscrit une dépréciation 
de 372 millions de livres sur sa filiale française de banque de 
détail dont elle discute la cession à AnaCap Financial Partners. 
    Les autres actifs qu'elle prévoit de vendre sont l'essentiel 
de sa participation dans sa filiale africaine et ses activités 
de carte de crédit (Barclaycard) en Espagne et au Portugal. La 
banque a déjà cédé sa gestion de fortune en Asie et sa filiale 
italienne. 
    Elle a inscrit une autre dépréciation, de 400 millions de 
livres, liée à la vente litigieuse de produits d'assurance à sa 
clientèle britannique, portant le total de la charge de 
dépréciation à cet effet à deux milliards de livres.  
    Barclays a déjà ramené le dividende prévu pour 2016 de 6,5 à 
3 pence par action pour préserver son ratio de fonds propres 
tout en poursuivant son objectif de se transformer en une banque 
"transatlantique" axée sur la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. 
    Le ratio de fonds propres dur de la banque a progressé à 
11,6% fin juin contre 11,3% fin mars. Il est meilleur que ce que 
les analystes projetaient mais il reste l'un des plus bas du 
secteur bancaire britannique. 
    L'action gagnait plus de 4% en Bourse de Londres, dont 
l'indice FTSE-100  .FTSE  perdait 0,3% dans le même temps.     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant