Barcelone s'impose pour la forme

le
0
Barcelone s'impose pour la forme
Barcelone s'impose pour la forme

Si la qualification était acquise depuis le match aller, les Barcelonais ont tenu à montrer qui étaient les patrons. Avec un but pour chaque membre de la MSN. Comme d'hab.

FC Barcelone 3-0 Arsenal FC

Buts : Neymar (18e), Suarez (65e) et Messi (88e) pour le Barça // Elneny (51e) pour les Gunners

La force des très grandes équipes, c'est que les tournants du match tournent toujours en leur faveur. Et ce parce qu'elles comptent dans leurs rangs les meilleurs joueurs du monde sur chaque ligne. Le FC Barcelone et Javier Mascherano en sont l'exemple parfait. On joue la 58e minute et Jérémy Mathieu se troue de la tête. Il vient de mettre le ballon dans la course de Danny Welbeck. L'Anglais crochète Javier Mascherano et est sur le point de frapper au but. Arsenal vient d'égaliser quelques minutes plus tôt. Ce qui veut dire que s'il trompe Ter Stegen, Welbeck relance complètement Arsenal. Il ne manquera qu'un but de plus pour se qualifier. Mais malheureusement pour lui, il n'a pas complètement battu Mascherano. L'Argentin est coriace et le voilà qui tacle désespérément. Il vient de contrer Welbeck. Le Barça ne tremblera jamais, et Suarez et Messi se chargeront d'enterrer la décision quelques minutes plus tard.

Un air de déjà vu


Le match débute sans surprise. D'entrée, les Barcelonais montrent qu'ils sont chez eux en posant le pied sur le ballon. On fait tourner en attendant de trouver la faille. Les une-deux et les petits jeux à trois se multiplient, même en plein coeur de la surface de réparation de Gunners. On a presque l'impression que le Barça joue un peu trop à la baballe. Mais comme d'habitude, ce n'est qu'une impression. Car les nerfs des Londoniens sont mis à rude épreuve. Premier gros avertissement à la 17e minute. Pour varier, le Barça lance un long ballon dans le dos de la défense anglaise pour trouver Leo Messi. L'Argentin se retrouve seul devant Ospina, et oblige le portier colombien à sortir un arrêt fantastique.

Un mini-exploit inutile, puisque dans la minute qui suit, le S de la MSN trouve le N dans la profondeur. Un contrôle et une frappe du pied gauche plus tard, et voilà Arsenal qui craque déjà. Pourtant, les hommes d'Arsène Wenger ne font pas un si mauvais match. Alors certes, ils sont totalement privés de ballon avec une possession qui dépasse difficilement les 30%. Mais les Gunners ont au moins le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant