Barcelone, au bout de la folie

le
0
Barcelone, au bout de la folie
Barcelone, au bout de la folie

Au terme d'une soirée complètement folle, le FC Barcelone remporte la supercoupe d'Europe aux dépens d'un FC Séville héroïque. S'il y a un vainqueur ce soir, c'est bien le football.


Barça - FC Séville
(5-4)

L. Messi (8'), L. Messi (16'), Rafinha (44'), L. Suárez (53'), Pedro (114') pour FC Barcelone , E. Banega (3'), J. Reyes (57'), K. Gameiro (72'), Konoplyanka (81') pour FC Séville.


Le football n'est pas une science. Il n'est pas exact. Parfois, il défie même les lois de la logique. Rarement, depuis Istanbul 2005, il l'avait fait à ce point. Ce soir, une équipe – le Barça - s'est faite rejoindre en à peine 25 minutes après avoir outrageusement dominé la partie et jouit d'une avance confortable de trois buts. A l'image de son maître à jouer, Barcelone a plané avant de retomber sur Terre.

Banega 1 – 2 Messi


Avec Lionel, c'est toujours pareil. Il quitte le bled sous le feu des critiques après un titre manqué de peu avec l'Albiceleste et rentre chez lui pour se refaire une santé. Affûté et inspiré, l'Argentin n'aura pas douté longtemps. Le FC Séville espérait sans doute tomber sur un Messi crevé ; à la place, les hommes d'Unai Emery ont eu droit à la totale en première période. Contrôles, déviations, changements d'appuis, passes et même contres favorables, tout réussit au bientôt quintuple Ballon d'Or lors du premier acte. Même les coups-francs. C'est d'ailleurs autour de cet exercice que se dessine le profil de cette Supercoupe européenne. Après seulement deux minutes de jeu, Séville envoie le FC Barcelone dans les cordes en imposant un gros pressing et son habituel jeu de percussion. Reyes prend l'espace sur le côté gauche et Mascherano est contraint de sécher l'Espagnol à 22 mètres des buts de Ter Stegen. Éver Banega pose le cuir et se charge de mystifier le portier allemand qui bouge à peine. Le ballon retombe immédiatement après avoir franchi le mur pour mourir dans le petit filet du but catalan. Imparable, tout comme la réponse "copier-coller" de Messi cinq minutes plus tard. A une distance similaire, l'attaquant catapulte la balle dans la lucarne du valeureux Beto dont l'envolée est aussi vaine que spectaculaire. Comme c'était la soirée des coups-francs et comme Lionel…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant