Barça ou le « virus FIFA » qui ne dit pas son nom

le , mis à jour à 08:08
0

Si les internationaux du FC Barcelone ont échappé aux blessures en mars, ils sont revenus de la trêve éprouvés physiquement. Luis Enrique ne veut pas utiliser cet argument comme excuse, et pourtant, il pèse certainement de tout son poids dans les difficultés actuelles des Catalans.

Il y a comme un doute... Parti pour tout écraser sur son passage, le FC Barcelone piétine depuis une dizaine de jours. Deux défaites de rang en Liga, face au Real Madrid (1-2) et à la Real Sociedad (1-0), ont relancé le suspense dans un championnat qui semblait plié. Entretemps, le succès poussif contre l’Atlético Madrid en quart de finale aller de la Ligue des Champions (2-1) n’a rassuré personne. Le rendement actuel du Barça pose clairement en question, à l’heure où se décantent les saisons et se gagnent, ou se perdent, les titres. C’est surtout la réussite actuelle de sa MSN qui entretient le doute. Lionel Messi, Luis Suarez et Neymar n’y arrivent, combinent moins précisément et souffrent pour réaliser des différences balle au pied. Les statistiques du premier symbolisent les difficultés du moment. L’attaquant argentin en est à 362 minutes sans but toutes compétitions confondues, sa plus longue disette depuis 2011.

46 matchs de moyenne pour les trois attaquants

Ce n’est peut-être qu’un hasard, mais cette série succède à un voyage en Amérique du Sud pour disputer deux matchs de qualification à la Coupe du Monde 2018 avec l’Argentine. D’autant que Messi n’a plus bénéficié de vacances depuis un moment, entre la Coupe du Monde 2014 et de la Copa América 2015. Même chose pour Neymar, seul Suarez ayant échappé à cet enchaînement infernal à cause de sa suspension suite à sa morsure sur Giorgio Chiellini lors du Mondial. Ce n’est pas le « virus FIFA » et les blessures qui vont avec. Mais ces matchs à répétition (46 de moyenne pour le trio d’attaque cette saison) pèsent sur les organismes. Un argument que réfutait Luis Enrique la semaine dernière. « Si on n’avait pas gagné, tout le monde parlerait de notre état physique, comme toujours dans le monde du football, avait expliqué l’entraîneur du FC Barcelone en conférence de presse après la victoire face à l’Atlético. Mais notre état physique n’est pas un problème. » Les faits auraient tendance à contredire le technicien catalan. Son équipe tire la langue et le constat vaut pour toutes les lignes.

189 660 kilomètres d’avion pour le Barça

La faute en partie à une saison éprouvante pour l’équipe qui a joué le plus de matchs de tous les clubs européens en 2015-2016, passant même par le Japon en décembre pour y disputer le Mondial des clubs. La faute aussi aux matchs internationaux et à leurs conséquences sur les corps. Les seize joueurs ayant évolué avec leur sélection en mars ont cumulé 1 712 minutes de jeu et 189 660 kilomètres d’avion ! A titre de comparaison, les internationaux du Real en ont compilé 1 499 et 89 831. Un écart qui dit tout du danger guettant le FC Barcelone en cette fin de saison. Luis Enrique ne veut pas y croire et considère même son équipe dans une meilleure « forme que l’an passé à la même époque ». « Tous les joueurs souffrent d’une fatigue physique au cours de la saison, a-t-il tout de même reconnu récemment. Même si vous voulez le contrôler, ce sont des joueurs internationaux qui doivent aller jouer avec leurs sélections et voyager autour du monde. Ce n’est pas une excuse pour nous. » Avant de défier un Atlético Madrid dont la pression physique se fait toujours plus intense à Vicente-Calderon, cela ressemble tout de même à un vrai point d’interrogation.

Et aussi

Atlético Madrid – Barça : Le match en live (direct 2016)Atlético Madrid – FC Barcelone, qui va gagner le match
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant