Barça et Real engrangent, Bilbao montre les muscles

le
0
Barça et Real engrangent, Bilbao montre les muscles
Barça et Real engrangent, Bilbao montre les muscles

Faciles vainqueurs de Getafe et de Las Palmas, Blaugrana et Merengues poursuivent leur bonhomme de chemin en tête de la Liga et distancent un peu plus le trio de suiveurs composé par Atlético, Celta et Villarreal. L'Athletic Bilbao, après un début d'exercice compliqué, s'affirme quant à lui comme un candidat crédible à l'Europe.

L'équipe du week-end : Athletic Bilbao

Aimable et accueillant, le Benito Villamarin offre à l'Athletic Bilbao un climat des plus basques. Sous des trombes d'eau et une température fraîche, les Leones prennent, dès le coup d'envoi, le contrôle de la rencontre. Le Betis, incapable de sortir la tête du seau, peut même s'estimer heureux de ne rentrer aux vestiaires qu'avec deux pions de retard. Deux banderilles estampillées Iñaki Williams qui, d'un tir soudain à l'entrée de la surface et d'une Madjer sur un service de Raúl García, prend la relève d'un Aritz Aduriz toujours aussi fin, mais sans réussite face aux cages. Bien malgré lui, le canterano bilbayen relance pourtant le suspense en concédant un penalty pour une main baladeuse. Une réduction du score de Rubén Castro qui reste anecdotique : après avoir tutoyé la barre d'Adán, l'ancien Colchonero décoche une lourde frappe qui officialise la seconde victoire consécutive des Leones. Des Basques qui, grâce à une série de cinq rencontres sans défaite, se replacent dans la course à l'Europe et s'affirment comme de sérieux concurrents pour les Villarreal, Valence et FC Séville.

Le Don Quichotte du week-end : Sergi Roberto

Depuis l'arrivée providentielle de Sergio Busquets lors de la saison 2008/09, aucun produit de la Masia ne s'est imposé comme un indéboulonnable du milieu de terrain blaugrana. Thiago Alcántara et Cesc Fàbregas, bien qu'importants, ne se sont ainsi jamais imposés comme de dignes successeurs de Xavi et Iniesta. Une mission des plus compliquées que Sergi Roberto est en passe de réussir. De nouveau titulaire face à Getafe, celui qui a intégré l'équipe première dès 2010, et en est un membre à part entière depuis 2013, a éclaboussé la rencontre de sa classe. D'abord passeur décisif d'une aile de pigeon pour Luis Suárez, il remet ça en début de second acte avec une ouverture millimétrée pour Neymar. Deux actions d'esthète qui s'accompagnent d'un travail de tous les instants et, donc, de compliments de la part de Luis Enrique, qui l'a longtemps couvé avec le Barça B : "Sergi traverse une superbe passe. Il faut en profiter." Avec la litanie de blessés qui garnit l'infirmerie du Camp Nou, Sergi Roberto devrait conserver…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant