Barack Obama se rendra à Cuba «dans les semaines à venir»

le
0
Barack Obama se rendra à Cuba «dans les semaines à venir»
Barack Obama se rendra à Cuba «dans les semaines à venir»

Une visite historique. Le président des Etats-Unis, Barack Obama, se rendra à Cuba «dans les semaines à venir», selon un responsable américain qui s'exprime sous couvert de l'anonymat, et doit l'annoncer ce jeudi.

Cette visite sera la première pour un président américain en exercice depuis celle de Calvin Coolidge, en 1928, et donc la première depuis la révolution de 1959. Elle illustre aussi, de manière spectaculaire, le rapprochement entre les deux anciens pays ennemis après un demi-siècle de tensions.

Le 44e président des Etats-Unis a, à plusieurs reprises, exprimé sa volonté de se rendre à Cuba, tout en soulignant que cela ne l'intéressait pas de «simplement valider le statu quo». «Ce que j'ai dit au gouvernement cubain est : Si nous voyons clairement des progrès sur les libertés des Cubains ordinaires, je serais ravi de me rendre sur place pour mettre ces progrès en lumière», a-il déclaré en décembre. «Si je me rends sur place, il est clair que je dois être en mesure de parler à tout le monde», a-il ajouté.

Obama : «Admettez que la Guerre froide est finie. Levez l'embargo»

Après l'annonce du rapprochement entre Washington et La Havane (les capitales américaine et cubaine), en décembre 2014, les deux pays ont rétabli leurs relations diplomatiques en juillet 2015. Le secrétaire d'Etat (équivalent américain du ministre des Affaires étrangères), John Kerry, s'est rendu à La Havane en août pour la réouverture de l'ambassade américaine.

A plusieurs reprises, Barack Obama a, par ailleurs, appelé à poursuivre la normalisation engagée, demandant au Congrès, le parlement américain, de lever l'embargo imposé à Cuba par le président Kennedy en 1962 et sévèrement renforcé par la loi Helms-Burton de 1996. «Cinquante ans passés à isoler Cuba n'ont pas réussi à promouvoir la démocratie et nous ont fait reculer en Amérique latine», a-t-il lancé à ses adversaires du parti républicain il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant