Barack Obama promet de "détruire" l'Etat islamique

le
1

(Actualisé avec Kerry et Biden) TALLINN, 3 septembre (Reuters) - Les Etats-Unis combattront l'Etat islamique jusqu'à ce qu'il ne soit plus une menace et feront en sorte que l'assassinat du journaliste américain Steven Sotloff ne reste pas impuni, a promis mercredi Barack Obama. Il faudra toutefois du temps pour éradiquer le groupe djihadiste en raison notamment du vide du pouvoir en Syrie et de la nécessité préalable de monter une coalition, a souligné le président. L'Etat islamique (EI) a diffusé mardi une vidéo montrant la décapitation du journaliste américain, deux semaines après celle de son confrère James Foley. L'EI dit les avoir exécutés en représailles aux raids que l'aviation américaine mènent depuis le 8 août contre ses positions dans le nord de l'Irak. "Notre objectif est clair, c'est de démanteler et de détruire (l'Etat islamique) de sorte qu'il ne soit plus une menace, non seulement pour l'Irak mais aussi pour la région et pour les Etats-Unis", a déclaré Barack Obama lors d'une conférence de presse dans la capitale estonienne, Tallinn, à la veille du sommet de l'Otan qui doit se tenir au Pays de Galles. "Bien que ces meurtriers pensent pouvoir réussir en tuant des Américains innocents comme Steven, ils ont déjà échoué", a-t-il poursuivi. "Ils ont échoué parce que les Américains, comme les gens partout dans le monde, sont révulsés par leur barbarie. Nous ne nous laisserons pas intimider." La vidéo diffusée mardi a été jugée authentique par des experts américains et britanniques. On y voit le même bourreau à l'accent britannique que dans celle du 19 août montrant l'exécution de James Foley. "JUSQU'AUX PORTES DE L'ENFER" Les raids de l'US Air Force en Irak, sans précédent depuis le retrait des troupes américaines en 2011, ont été efficaces, a assuré Barack Obama lors de la conférence de presse. "Ceux qui font l'erreur de s'en prendre aux Américains apprendront que nous n'oublions pas, que nous avons le bras long et que justice sera faite", a dit Barack Obama. La Maison blanche a annoncé mardi soir que le président envoyait trois émissaires au Proche-Orient, le secrétaire d'Etat John Kerry, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel et la conseillère à la lutte contre le terrorisme Lisa Monaco "pour construire un partenariat régional plus fort à court terme" contre les combattants de l'Etat islamique. Qualifiant l'exécution de Steven Sotloff de "coup de poing dans le ventre", John Kerry a assuré que tous les moyens militaires et diplomatiques ainsi que ceux des services de renseignement avaient été mis en oeuvre pour obtenir la libération des otages détenus en Syrie. Le reporter, a-t-il ajouté, "nous a été pris brutalement dans un acte de sauvagerie moyenâgeuse commis par un lâche dissimulé derrière un masque". "Nous avons déjà combattu ce genre de sauvagerie et de cruauté et, croyez-moi, nous le ferons encore", a-t-il promis. "Qu'ils sachent que nous les poursuivrons jusqu'aux portes de l'enfer pour les livrer à la justice, parce que c'est en enfer qu'ils vivent. C'est en enfer qu'ils vivent", a quant à lui martelé le vice-président Joe Biden. (Balazs Koranyi et David Mardiste; Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 35924358 le jeudi 4 sept 2014 à 07:18

    Oui, je sais, mon post précédent ne plait pas à certaines personnes extrémistes. Mais pourtant, il s'agit de la réalité pure et simple. Donc, mon post précédent disparaitra très prochainement, tout comme les preuves de la présence Juive ont été supprimées à Gaza et tout comme les preuves de la présence Chrétienne en Irak sont en cours de destruction. Hélas.