Barack Obama établit une «ligne rouge» en Syrie

le
0
INFOGRAPHIE - Si les stocks d'armes chimiques étaient déplacés ou utilisés, Washington envisagerait une intervention militaire.

Pour la seconde fois depuis le début de l'été, les États-Unis ont évoqué une possible opération militaire en Syrie pour sécuriser et neutraliser, en cas de besoin, les stocks d'armes chimiques détenus par le régime. En campagne électorale, Barack Obama veut à tout prix éviter une intervention armée. Mais «si nous commencions à voir des quantités d'armes chimiques déplacées ou utilisées, cela changerait mon équation», a affirmé le président américain. Avant d'ajouter qu'il s'agirait là d'une «ligne rouge» qui aurait des «conséquences énormes».

Selon le très sérieux International Institute for Strategic Studies (IISS) de Londres, «la Syrie possède sans doute le plus gros arsenal chimique du Moyen-Orient». Gaz moutarde, gaz sarin et peut-être même l'agent ultratoxique VX, le programme syrien a été développé dans les années 1980, avec l'aide de l'Égypte, de l'URSS, de l'Iran et de la Corée du Nord, pour tenter d'obtenir une parité straté

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant