Barack Obama et Mitt Romney à l'heure du verdict des urnes

le
1
LES AMÉRICAINS AUX URNES
LES AMÉRICAINS AUX URNES

par Matt Spetalnick et John Whitesides

WASHINGTON (Reuters) - Les électeurs américains ont commencé mardi à voter au terme d'une longue et âpre campagne présidentielle pour départager le démocrate Barack Obama et le républicain Mitt Romney.

À New York et dans le New Jersey voisin, les opérations de vote n'ont pas été sans une certaine confusion une semaine après le passage meurtrier de l'ouragan Sandy.

Dans un pays traversé par six fuseaux horaires, les premiers bureaux de vote ont ouvert sur la côte est et dans une partie du Midwest. Les derniers des 120 millions d'Américains appelés à voter seront les électeurs de l'Alaska et d'Hawaï.

Barack Obama, qui a voté par anticipation au mois d'octobre, devait passer la journée dans sa ville de Chicago. Il a félicité son adversaire républicain pour sa "campagne pleine d'allant" et incité tous ses compatriotes à voter.

Mitt Romney a, lui, voté dans un foyer municipal près de son domicile, dans son fief électoral de Belmont, dans la banlieue de Boston, puis a repris son sprint final.

Celui-ci devait le mener notamment dans l'État crucial de l'Ohio, qu'il espère encore faire basculer et où il est crédité de quatre points de retard selon la dernière livraison du sondage quotidien Ipsos-Reuters (50% contre 46%).

Depuis un mois, les enquêtes d'opinion ne parviennent pas à départager les deux hommes qui font jeu égal dans les intentions de vote au niveau national.

Donné facile vainqueur au mois de septembre face à un adversaire qui apparaissait peu en phase avec les préoccupations de ses concitoyens, Barack Obama a vu la tendance s'inverser, notamment après le premier débat télévisé, le 3 octobre, qui a tourné au cauchemar pour le chef de l'État.

Le président sortant paraît cependant avoir un petit avantage dans les "swing States", les "Etats bascules" où se jouera l'élection, ce qui pourrait lui permettre de franchir la barre des 270 votes au collège électoral, synonyme de victoire.

SANDY

Conformément à la tradition, les premiers dépouillements ont déjà eu lieu à Dixville Notch, où chacun des candidats a obtenu cinq voix, et à Hart's Location, dans le New Hampshire, où le démocrate est arrivé en tête avec 23 voix contre neuf pour le républicain et deux pour le candidat libertarien Gary Johnson.

Dans les États de New York et du New Jersey, les autorités tentent de faciliter le vote d'électeurs déplacés à la suite du passage de Sandy, ce parfois dans une certaine confusion.

Le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo a déclaré que tous les New-Yorkais pourraient voter sur présentation d'une attestation sur l'honneur. Dans le New Jersey, les électeurs directement affectés par Sandy, seront considérés comme expatriés et pourront voter par fax ou courriel.

Mais certains bureaux de vote ont dû retarder leur ouverture en raison de problèmes techniques, alors que 1,4 million de foyers et d'entreprises sont toujours privés d'électricité.

Un bureau de vote de fortune installé sous une tente non-chauffée sur la péninsule de Rockaways, dans le Queens, en est l'exemple. Il a ouvert avec une demi-heure de retard en raison de problèmes d'électricité.

RISQUE DE BLOCAGE

Les bureaux de vote commenceront à fermer leurs portes à 18h00 (23h00 GMT) dans l'Indiana et le Kentucky, les autres Etats suivront, étalés sur les six heures suivantes.

La Virginie, où l'incertitude est de mise, sera le premier des "Etats pivots" à avoir voté, à 19h00 (00h00 GMT, mercredi). Dans l'Ohio, les opérations de vote prendront fin une demi-heure plus tard. Mais il n'est pas certain qu'une estimation fiable soit disponible avant plusieurs heures.

La course à la Maison blanche est si indécise que les cas de figure les plus inattendus ont été imaginés, avec même la perspective de voir se répéter le scénario de 2000.

C'est la Cour suprême qui avait tranché à l'époque, donnant la victoire à George W. Bush sur Al Gore après cinq semaines d'incertitudes et de procédures concernant la Floride.

Les équipes de campagne d'Obama et de Romney se sont préparées à une telle issue, engageant des conseillers juridiques pour faire face à tout possible litige ou recours.

Si l'élection présidentielle a accaparé l'attention, les électeurs américains sont également appelés à se prononcer en faveur de leurs représentants et d'une partie des sénateurs.

Selon toute probabilité, les démocrates devraient conserver leur majorité à la chambre haute, dont un tiers des sièges (33) sera renouvelé. Les républicains devraient maintenir leur domination acquise en 2010 sur la Chambre des représentants, dont les 435 sièges sont en jeu.

Cette situation promet, quel que soit le vainqueur de l'élection présidentielle, un risque de blocage dans la collaboration entre la Maison blanche et le Congrès dans les mois à venir, au moment où se profile le "mur budgétaire", une série d'échéances concernant le sort de réductions fiscales et de dépenses budgétaires.

Avec Lisa Lambert, Susan Heavey, Jeff Mason dans le New Hamsphire, Patricia Zengerle à Boston, Edith Honan et Philip Barbara, Guy Kerivel, Pierre Sérisier et Agathe Machecourt pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7520498 le mardi 6 nov 2012 à 19:19

    Les votes US se font ils tjrs e n cours de semaine ?