Barack Obama encourage les Kényans et leur fixe des objectifs

le
0
BARACK OBAMA ENCOURAGE LES KÉNYANS
BARACK OBAMA ENCOURAGE LES KÉNYANS

par Jeff Mason et Edith Honan

NAIROBI (Reuters) - Barack Obama a cherché dimanche à encourager les Kényans au dernier jour de sa visite officielle dans le pays natal de son père, tout en leur demandant de se battre pour la démocratie, contre la corruption et les différentes formes d'exclusion.

Après des entretiens politiques samedi avec son homologue kényan Uhuru Kenyatta sur l'économie et la sécurité, le président américain a prononcé un discours qui se voulait plus personnel dimanche, face à près de 5.000 Kényans qui s'étaient massés dans un complexe sportif de la capitale.

Le président américain a évoqué son expérience et les cinquante années d'existence du Kenya depuis l'indépendance.

"Je suis ici en tant que président d'un pays qui considère le Kenya comme un partenaire important; je suis ici en tant qu'ami qui veut que le Kenya réussisse", a lancé Barack Obama après avoir été présenté par sa soeur Auma Obama à la foule.

"En ce qui concerne le peuple kényan, particulièrement les jeunes, je pense qu'il n'y a pas de limite à ce que vous pouvez réaliser", a-t-il dit. Mais, a-t-il ajouté, construire un pays et une économie exige des efforts personnels et le sens des responsabilités

Sur la corruption, souvent mise en avant comme un frein à l'investissement, Barack Obama a estimé que l'argent dépensé pour des pots-de-vin serait mieux employé par quelqu'un ayant fait "une honnête journée de travail".

VISITE EN ETHIOPIE

Il a également mis en garde les Kényans contre les divisions ethniques, faisant référence aux 1.200 morts de la période de troubles qui a suivi l'élection controversée de 2007.

Il a ajouté que le Kenya "ne pourra réussir s'il considère les femmes et les jeunes filles comme des citoyens de seconde zone".

Sous les applaudissements et les rires, il a raconté comment, lors de sa première visite au Kenya dans les années 1980, sa soeur était venue le chercher à l'aéroport à bord d'une vieille "Coccinelle" Volkswagen qui tombait régulièrement en panne.

Cette fois, il est arrivé à bord de l'avion présidentiel "Air Force One" et a gagné le centre de Nairobi à bord de sa voiture blindée qu'on appelle "la Bête".

Evoquant la lutte contre les djihadistes somaliens d'Al Chabaab, qui ont durement frappé le Kenya ces dernières années, il a promis que les Etats-Unis se comporteraient en "partenaire" vis-à-vis du gouvernement de Nairobi.

Samedi, lors de ses discussions avec le président Kenyatta, il a promis un accroissement de l'aide américaine à Nairobi pour la lutte contre le terrorisme.

A l'issue de cette visite, Barack Obama se rendra dans la journée en Ethiopie, pays dont le bilan en matière de droits de l'homme est également critiqué.

(Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant