Barack Obama a besoin «de soleil et de sommeil» après une dure année

le
0
Barack Obama a besoin «de soleil et de sommeil» après une dure année
Barack Obama a besoin «de soleil et de sommeil» après une dure année

Une absence de réponse qui en dit long. Vendredi, à la question de savoir si 2013 avait été la «pire année» de sa présidence, Barack Obama a refusé de répondre. Un an après sa réélection, la cote de confiance du président américain est au plus bas, avec à peine 40% d'opinions favorables à la suite d'un série de revers subis en 2013, dont la difficile mise en place de la réforme du système de santé. Il a d'ailleurs déclaré qu'il espérait une «percée pour les Etats-Unis» en 2014.

«Pendant l'année qui vient de s'écouler, il y a évidemment eu quelques sources de frustration», a affirmé le président américain lors d'une conférence de presse. «La fin de l'année est toujours un bon moment pour réfléchir à ce que l'on pourrait mieux faire l'année suivante. Je suis certain que j'aurai de meilleures idées après quelques jours de sommeil et de soleil», a-t-il ajouté visiblement fatigué. Il s'est envolé quelques heures plus tard pour son archipel natal d'Hawaï, où il va passer les fêtes, avec son épouse Michelle et leurs filles Malia et Sasha.

Plusieurs revers au Congrès

La réforme du système de santé, surnommée Obamacare, a été l'un des principaux soucis d'Obama en 2013. Le site internet censé donner accès à une couverture santé aux plus de 30 millions d'Américains qui en sont dépourvus s'est avéré déficient à son lancement le 1er octobre. Une mise à jour a dû être faite en catastrophe. En outre, des milliers d'Américains se sont rendus compte que le nouveau système les contraindrait à abandonner leur couverture actuelle, augmentations de cotisations à la clé. Depuis 2009, Obama avait promis que ce ne serait pas le cas. Il a néanmoins rappelé vendredi que «la demande est là et le produit est bon».

Le Congrès (le parlement américain, constitué de la Chambre des représentants et du Sénat), a aussi fait subir à Barack Obama plusieurs revers en 2013. L'encadrement plus strict de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant