Baptiste Aloé : "Avec Bielsa, on était sous tension"

le
0
Baptiste Aloé : "Avec Bielsa, on était sous tension"
Baptiste Aloé : "Avec Bielsa, on était sous tension"

Depuis l'été 2015, Baptiste Aloé, vingt-deux ans, est prêté par l'OM à Valenciennes. Le défenseur central marseillais, révélé par Bielsa, retrace son parcours, évoque ses souvenirs aux côtés de l'entraîneur argentin et confie son enthousiasme quant à l'avenir de l'OM, qu'il s'écrive avec ou sans lui.

Tu as été opéré il y a un mois du ménisque. Ça va mieux ?
J'ai repris la course ce week-end, mais je ne sais pas encore quand je pourrai revenir sur les terrains. Début décembre, si tout va bien, je pourrai reprendre l'entraînement, mais tout dépend de la façon dont mon genou réagit d'ici là. Il faut y aller étape par étape.

C'est ta deuxième saison en prêt à Valenciennes. Qu'est-ce qui t'a motivé à venir dans le Nord en 2015 ?
Quand je suis arrivé ici, VA était en L2 depuis une saison, mais je savais que le club avait d'excellentes infrastructures pour une équipe de seconde division. Le stade est de très bonne qualité, le centre d'entraînement également. Et puis j'aimais bien les voir jouer lorsqu'ils étaient en L1, j'ai toujours trouvé qu'on cherchait à proposer du beau jeu ici.


Le club est toutefois en milieu de tableau actuellement. Panique à bord ?
On a fait un très bon début de saison, mais c'est vrai qu'on vient d'enchaîner trois défaites consécutives et un match nul à domicile. On est dans une mauvaise dynamique et on paye sans doute une baisse de forme. Notre groupe n'est pas très conséquent et on subit peut-être le contrecoup de notre préparation et de notre bon début de saison. Mais l'objectif reste le même : créer un engouement, enchaîner les bons résultats et aller chercher la montée en L1.

Qu'est-ce qui t'a marqué en arrivant à Valenciennes ?
La pluie et le froid, forcément (rires) ! Plus sérieusement, la gentillesse des gens, je dirais. Ici, tout le monde est hyper chaleureux, c'est assez incroyable à voir. Mais ça a quand même été très difficile pour moi en arrivant : Valenciennes, c'est quand même très loin de Marseille. En plus, c'était la première fois que je quittais ma ville. Je vivais encore chez mes parents à l'époque et je l'ai vraiment mal vécu. C'était le grand saut pour moi. Alors, forcément, ça a été difficile

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant