BAP comble les bureaux vides

le , mis à jour à 06:12
0
BAP comble les bureaux vides
BAP comble les bureaux vides

Jeune entreprise cherche bureaux peu chers, bien situés, avec bail résiliable à tout moment... Le genre de petite annonce qui n'a pas beaucoup de chance de trouver réponse. Sauf avec Bureaux à partager (BAP), société qui met l'immobilier d'entreprise à l'heure de l'économie collaborative. « Il y a 6 millions de mètres carrés vides en Ile-de-France, explique Clément Meyer, directeur commercial de BAP. Notre travail consiste à mettre en relation des propriétaires de bureaux vacants d'un côté avec des TPE, des PME qui ne trouvent pas d'espaces à leur convenance de l'autre. »

 

Ainsi, grâce à leur intermédiaire, la start-up Cozy Cloud, créée en 2012 et spécialisée dans les « coffres-forts numériques », a installé en juin une partie de son équipe dans un bel immeuble de la rue Drouot, dans le IX e arrondissement de Paris. Les huit premiers étages sont loués par la Banque publique d'investissement (BPI). Sauf que l'organisme chargé du financement des entreprises n'en occupe pour l'instant que la moitié. Cozy Cloud a donc pris possession de 1 000 m 2 au huitième étage avec vue sur le Sacré-Cœur. Il y a même une salle à manger et un coin repos avec fausse pelouse et gros coussins.

 

La flexibilité séduit

 

« Jusque-là, on ne fonctionnait qu'en télétravail, explique Yannick, adjoint du patron. Mais nos effectifs ont doublé l'année dernière. On avait donc besoin d'un endroit où se retrouver, sans forcément vouloir s'engager sur un bail contraignant, de trois ans ou plus. » L'équipe est séduite par la solution proposée par BAP. Et la flexibilité qui va avec. Cozy Cloud a donc signé pour six mois, un espace pouvant accueillir 14 postes de travail. Montant du loyer pour cette durée : 7 200 €. « Un prix certes au-dessus du marché si on compare au mètre carré, admet-il. Sauf que tout est compris. L'Internet, le mobilier et tout le reste. Vous imaginez l'horreur s'il avait fallu demander à une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant