Banques : un soupir de soulagement

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - L'accord sur le renflouement des banques chypriotes profite aux valeurs bancaires. Le cours de Bourse de Crédit Agricole et BNP Paribas montait de plus de 3%, en fin de matinée, celui de Société Générale (+1,4%) et Natixis (+1,6%), un peu moins.

Un accord de dernière minute, lundi matin, entre l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) impose, en effet, la fermeture de la deuxième banque du pays, Cyprus Popular Bank, contre un plan d'aide de 10 milliards d'euros. 

Ce plan de sauvetage semble étouffer le nouveau départ de feu dans la zone euro déclenché par Chypre, avec les risques afférents de dégradation de la qualité des prêts des banques françaises à leurs clients du sud de l'Europe. Néanmoins, une nouvelle étude publiée, lundi, par Moody's met le doigt sur le talon d'Achille des banques françaises, à savoir l'importance de leurs financements de marché qui, selon l'agence de notation américaine représentait 35% du bilan «cash», à la fin 2012, soit «la fourchette haute du secteur». 

Moody's pointe cette fragilité structurelle du système bancaire français, «qui n'est pas près d'être corrigée à moyen terme», même si la mise à disposition des liquidités de la Banque centrale européenne et les moindres tensions du marché interbancaire tendent à l'atténuer. En foi de quoi, l'agence de notation n'exclut pas d'abaisser la note de solvabilité des quatre banques françaises dans les douze à dix-huit mois : «Notre perspective négative s'explique à la fois par la faiblesse économique persistante qui va dégrader progressivement leurs portefeuilles de prêts et aussi leur exposition aux risques italiens et espagnols.»
 
BNP Paribas : conserver.
Crédit Agricole : acheter
Natixis : conserver
Société Générale : converser. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant