Banques-Pas de limite stricte aux hausses de fonds propres -Dijsselbloem

le
0
    LUXEMBOURG, 11 octobre (Reuters) - Les nouvelles règles 
prudentielles prévues par le comité de Bale, dites de Bâle IV, 
devraient se concentrer sur les modèles internes d'évaluation 
des risques mais ne devraient pas prévoir de limite stricte pour 
les éventuels besoins additionnels de fonds propres des 
établissements bancaires, a dit mardi le président de 
l'Eurogroupe.  
    "Le résultat du processus devrait être que nous ayons de 
bonnes normes de qualité pour les modèles internes et dans le 
cas individuel de certaines banques, cela pourrait conduite à 
des besoins de fonds propres plus élevés", a déclaré Joeren 
Dijsselbloem à des journalistes avant une réunion des ministres 
des finances de l'Union européenne à Luxembourg.  
    La réunion doit notamment porter sur les nouvelles règles 
prudentielles dites de Bâle IV qui doivent être finalisées d'ici 
la fin de l'année.  
    Interrogé sur la nécessité de fixer une limite stricte aux 
éventuelles nouvelles exigences de fonds propres dans le cadre 
de ces nouvelles règles, Dijsselbloem a répondu : "Mon approche 
est différente." 
    "Je n'en ai pas entendu parler. Cela n'a pas de sens", 
a-t-il ajouté.  
    Les ministres des Finances de l'UE avaient publié un 
communiqué à l'issue du conseil Ecofin du 12 juillet demandant 
aux régulateurs internationaux de ne pas imposer une hausse 
significative des fonds propres exigés des banques européennes.  
    Une version provisoire de ce communiqué faisait référence à 
une augmentation de moins de 5% par rapport aux exigences de 
fonds propres en vigueur, une limite stricte réclamée par la 
France et qui n'avait pas été retenue dans la version finale.  
     
 
 (Francesco Guarascio, Marc Joanny pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant