Banques : «Ni une urgence, ni une priorité»

le
0

(lerevenu.com) - Le dirigeant de la Banque verte, par ailleurs président de la Fédération bancaire française, a jugé ce projet de loi inapproprié, lors d'une audition à l'Assemblée nationale : « Nous pensons que compte tenu du nombre de réformes qui sont arrivées, ces dernière années, cette évolution n'était ni une urgence, ni un priorité.»

Jean-Paul Chifflet estime que ce texte donne «des pouvoirs considérables au superviseur». Lors de la même audition devant les députés, Frédéric Oudéa, président-directeur de Société Générale, a fait valoir, lui, que cette réforme aurait une «influence néfaste sur le positionnement des banques françaises» par rapport à leurs concurrentes. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant