Banques, logement, services publics : un projet très socialiste

le
0
Reprenant la charge de François Mitterrand, en son temps, contre «les puissances de l'argent», François Hollande a pris pour cible principale «le monde de la finance», dimanche, lors de son premier grand meeting de campagne, au Bourget.

«Mon véritable adversaire n'a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature et pourtant il gouverne.» Reprenant la charge de Mitterrand, en son temps, contre «les puissances de l'argent, l'argent qui corrompt et qui achète», François Hollande a pris pour cible principale «le monde de la finance». Symbole de cette attaque visant à séduire la frange la plus à gauche de son électorat, le candidat socialiste a confirmé que s'il était élu, l'une de ses toutes premières lois viserait «une vaste réforme bancaire»: séparation en deux des activités des banques - entre celle de «crédit» et celle «spéculative» - interdiction de travailler dans les paradis fiscaux et taxe sur les transactions financières en constitueront l'ossature.

Autre symbole de ce virage à gauche: le logement. François Hollande veut multiplier par cinq les sanctions infligées aux communes qui ne respectent pas la loi de solidarité et de renouvellement urbaine

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant