Banques : la crise échauffe les esprits des clients

le
13
Banques : la crise échauffe les esprits des clients
Banques : la crise échauffe les esprits des clients

Avec la crise, la réputation des banques n'est pas au beau fixe. De plus en plus de ménages en raison d'une perte de pouvoir d'achat se retrouvent en difficultés financières. Près de deux français sur dix se retrouvent en découvert bancaire à la fin de chaque mois et un sur deux reconnait que son compte passe dans le rouge au moins une fois par an.

Dans ce contexte de tension, les agents des banques se retrouvent souvent en première ligne. Selon l'Association française des banques (AFB) qui regroupe les établissements non mutualistes, le taux d'incivilités et de violences explose. Selon un bilan publié ce vendredi 5 juillet, entre 2008 et 2012, ces faits affichent une hausse de plus de 123% pour s'établir à 5 026 faits recensés.

Les injures et insultes restent les plus courantes. Elles étaient de 32% en 2010 pour atteindre 44% en 2012. On trouve ensuite les menaces pour 29% puis les agressions dites «comportementales» (harcèlement, dégradations,...).

Les agressions physiques restent marginales

Les agressions physiques restent marginales. En 2012, sept cas graves avec des arrêts de travail ont été répertoriés et 129 cas de violences plus légères. Si plus d'un tiers de ces faits sont concentrés en région parisienne, en règle générale, les clients s'en prennent davantage aux chargés de clientèle aux guichets puis au personnel d'encadrement. Mais, selon l'AFB, «les incivilités concernent aussi de plus en plus les autres membres du personnel des agences (exemple les vigiles...)». La part concernant cette catégorie s'élève désormais à 13% des faits contre 3% en 2011.

Ces agressions touchent désormais à parité les hommes et les femmes alors que les années précédentes les femmes étaient les principales cibles.

En 2012, les salariés des banques ont déposé 148 plaintes et 314 mains courantes.

Pour tenter d'infléchir cette tendance, un groupe de travail paritaire «incivilités» de l'Association ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cracboui le samedi 6 juil 2013 à 09:29

    très juste M3182284!!! Isegoria, sachez qu'il n'y a pas une vérité mais des vérités... l'homme à toujours tendance à choisir celle qui l'arrange; Je n'ai pas dis que les banques ne jouaient pas avec le feu mais ce sont bien les décisions politiques qui influencent les stratégies de chaque entreprise y compris des banques.

  • M3182284 le vendredi 5 juil 2013 à 23:48

    ah ah, ceux qui ne vivent pas au dessus de leurs moyens ne souffrent pas de la crise. Aristos en 1789, juifs en 1939, banquiers en 2013, voilà des boucs émissaires bien utiles pour éviter de voir sa propre médiocrité

  • achemena le vendredi 5 juil 2013 à 16:25

    moi je l ai insulte le patron de ma banque car ce bat.ard m a fait perdre plus de 50000 euros y a maintenant 3 ans depuis je fais tout moi meme ... il s est meme pas excuse meme pas un mot rien que dalle .. c est normal ca que les gens insultent ... c est le juste retour des choses voila

  • Isegoria le vendredi 5 juil 2013 à 14:45

    @cracboui Vous faite totalement fausse route, les banques ayant pondu plus de 600 000 milliards de CDS sont quasi TOUTES en faillites, les politiques sont leur percepteurs. Les banques bel et bien responsable de cette crise sans précédant qui est très loin d’être finie. La solution: quoi de mieux que pour un système baser sur le papier que les vertus aseptisantes et cautérisantes du feu. BRULEZ LES TOUS !!!

  • d.jousse le vendredi 5 juil 2013 à 14:38

    Correction : 3000 euros par an.

  • d.jousse le vendredi 5 juil 2013 à 14:37

    enlever l'abonnement téléphone pour toute une famille, l'abonnement canal+, les écran plats en nombre supérieur à 1, le plats préparés, etc, vous arrivez à plus de 3000 euros par mois.Si en plus, il y a le paquet de cigarette. Nous vivons dans une société d'enfants gâtés, à qui on donne tout sans rien en échange. Vivement que l'on revienne au pain sec.

  • cracboui le vendredi 5 juil 2013 à 14:32

    Déficit pardon en demandant aux banques de le financer avec notre argent, Les banquiers ne sont pas des perdreaux de l’année mais a force de toujours vouloir le beur et l’argent du beur, nous occidentaux avons crée les conditions de notre propre perte…La fin est proche.

  • cracboui le vendredi 5 juil 2013 à 14:27

    Que de réactionnaires ici!! Ne pas oublier que les responsables de la crise sont avant tout les politiques qui n'ont jamais eu le courage de dire aux électeurs qu'il fallait ne pas demander plus que ce qu'on leur prenait dans les poches alors ils ont fait du féficit année après année.....

  • marshaka le vendredi 5 juil 2013 à 13:50

    Il reste à attendre les immolations de client dans les agences, les banques volent le peuple et le peuple n'en peut plus !

  • cresus57 le vendredi 5 juil 2013 à 13:50

    Mettre en illustration la Poste Bancale c'est amusant. Mais c'est vrai qu'on s'agace quand on va retirer un recommandé derrière une mamie qui retire 20 euros de son livret A et un pépé qui achète un timbre.