Banques : des découverts moins chers, mais des frais supplémentaires

le
3

Le rapport annuel de l'observatoire des tarifs bancaires constate que les établissements bancaires ont suivi les directives de la loi de 2013 en baissant les frais de dépassement de découvert mais se sont rattrapés sur les frais de tenue de compte.

Les consignes ont globalement été respectées: les commissions d'intervention, ces frais qui sanctionnent les découverts non autorisés, ont en moyenne reculé de 5 % en moyenne. Le premier enseignement de l'Observatoire des tarifs bancaires dont la troisième édition a été remise au ministre des Finances Michel Sapin, est donc que les directives de la loi bancaire de 2013 ont bien été suivies. Fin 2013, les frais par opération sont passés sous la barre des 8 euros (7,82 euros), le maximum exigé par le texte. «Les banques ont respecté les engagements pris dans le cadre du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) en 2010/2011, en matière de tarifs réduits des commissions d'intervention et des frais de rejet de prélèvement pour ces consommateurs», estime Bercy dans un communiqué. Le second constat montre néanmoins que de nombreux établissements ont cherché à compenser cette baisse tarifaire.

Hausse de 15,5 % des frais de tenue de compte

L'Observatoire étudie depuis 2011 le prix des dix services standard pratiqués par les banques (tarifs d'abonnement pour la gestion des comptes sur internet, prix des cartes de paiement, assurances perte ou vol et autre taxation des retraits dans les distributeurs... soit quelque 68.000 tarifs pour 123 établissements). Cette année, l'analyse des tarifs de tenue de compte a été ajoutée à la liste. Cet ajout est une demande express de Pierre Moscovici, alors ministre des Finances, alerté par le nombre croissant d'établissements facturant le service. Le rapport relève ainsi que la tenue des compte n'est plus gratuite que dans 33 % des banques. 34 % des établissements demandent entre 0 et 15 euros par an et 26 % entre 15 et 30 euros par an. Au 5 janvier dernier, le coût moyen de ce service était de 8,75 euros par an. Si l'on excluait du calcul les établissements qui offraient la gratuité, le montant moyen annuel passait à 13,08 euros En un an, ces frais ont subi une inflation de 15,5 %! Surtout, le coût moyen est très différent d'une région à l'autre, allant de 2,76 euros en Île-de-France à 19,70 euros en Bretagne. Il atteint même 146 euros annuels dans un établissement présent en Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et en région Provence Alpes Côte d'Azur.

Cartes bancaires toujours plus chères

En ce qui concerne les autres services, ils n'ont pas connu d'évolution significative. «Chacun des tarifs de l'extrait standard évolue en 2013, à la baisse ou à la hausse, dans le même sens qu'en 2012, sans retournement de tendance à l'exception des alertes sur la situation du compte par SMS et des assurances perte ou vol de moyens de paiement», note l'Observatoire. L'abonnement permettant de gérer ses comptes par Internet est en moyenne 12 % moins cher, les frais liés à la mise en place d'un prélèvement automatique a même chuté de 30 %. Les cartes bancaires continuent en revanche à coûter de plus en plus cher: de 3,9 % à 7,5 % d'augmentation selon le type de carte, qui coûtent de 38 à 45 euros. L'observatoire relève également une augmentation du coût des retraits payants dans les distributeurs automatiques. Initialement facturé 0,72 euro en 2009, il coûte désormais 0,90 euro. Une hausse de tarifs qui s'accompagne d'un abaissement du seuil à partir duquel le retrait devient payant.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le vendredi 19 sept 2014 à 09:20

    Ils ont tous les droits .

  • M4536974 le vendredi 19 sept 2014 à 09:19

    @queb63: parce que vous connaissez une entreprise qui travaille sans faire de marge? Même votre boulanger vous vole. Arrêtez de penser que les banques sont pires que les autres......

  • queb63 le vendredi 19 sept 2014 à 07:31

    Et oui toujours des Banksters