Banques-Consultation du comité de Bâle sur le risque de taux

le , mis à jour à 13:10
0

8 juin (Reuters) - Les régulateurs bancaires internationaux proposent deux options pour contraindre les banques à fortement renforcer leurs fonds propres afin de faire face au risque de taux sur leurs activités de financement. Le comité de Bâle, qui assure la coordination de la supervision bancaire à l'échelle internationale, a publié lundi un document consultatif qui propose soit l'instauration d'une surcharge minimale de fonds propres soit l'instauration d'une surcharge discrétionnaire décidée par les superviseurs bancaires. A l'issue de la consultation publique prévue jusqu'en septembre, le comité tranchera et décidera de la date d'entrée en vigueur de la première règle de fonds propres internationale du genre. L'examen par le comité de la manière dont les banques traitent le risque de taux d'intérêt sur leurs activités de financement ("banking book") est destiné à s'assurer qu'elles détiennent suffisamment de fonds propres pour faire face aux pertes potentielles liées à des modifications de leur coût de financement. "Cela est particulièrement important au regard de l'environnement actuel de taux d'intérêt exceptionnellement bas dans de nombreux pays", souligne le comité dans un communiqué. Le "banking book" comporte tous les actifs qui ont vocation à être détenus par une banque jusqu'à leur échéance et correspond à leurs activités de financement. Il se distingue du "trading book" qui comporte l'ensemble des actifs faisant l'objet de négociations et qui correspond aux activités de marché. Il n'y a pas jusqu'à présent de règle internationale en matière de fonds propres pour couvrir le risque de taux d'intérêt, les montants pouvant varier d'une banque à l'autre et d'un pays à l'autre. Une fois la règle adoptée, les banques devront publier le montant de leurs fonds propres destiné à couvrir le risque de taux, ce qui renforcera la transparence pour les investisseurs. Les régulateurs des quelques 30 pays réunis au sein du comité de Bâle ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur une proposition unique en raison notamment des différences de niveaux de taux d'intérêt avec des taux d'intérêt beaucoup plus élevés dans certains pays, comme la Chine. Le document consultatif de la BRI sur le traitement du risque de taux sur les portefeuilles de prêts : http://bit.ly/1Kk6gKG (Marc Joanny, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant