Banque publique d'investissement: Marie-Guite Dufay succèderait à Ségolène Royal

le
0
Banque publique d'investissement: Marie-Guite Dufay succèderait à Ségolène Royal
Banque publique d'investissement: Marie-Guite Dufay succèderait à Ségolène Royal

Réponse le 30 avril lors du prochain conseil d'administration de la Banque publique d'investissement (BPI) mais sur le papier, Marie-Guite Dufay, la seule femme avec la nouvelle ministre de l'Ecologie et du Développement durable et de l'Energie à être à la tête d'une région. Or, les statuts de la banque publique prévoient que deux élus régionaux, un homme et une femme siègent au conseil d'administration pour représenter les 22 régions. De surcroit, Ségolène Royal va céder son poste à la présidence la région Poitou-Charente. 

La route est donc grande ouverte pour la présidente socialiste de la région Franche-Comté, âgée de 64 ans, qui devrait récupérer en toute logique la vice-présidence de la BPI aux cotés de Nicolas Dufourcq, son directeur général.

Sans aucun doute, l'arrivée de cette élue que l'on dit «proche des entreprises» et déjà membre du conseil national d'orientation de Bpifrance devrait être beaucoup moins agitée qu'au moment de la prise de fonction de Ségolène Royal en février 2013. Après sa défaite aux législatives en perdant La Rochelle en 2012 et une traversée du désert, son retour devant les projecteurs s'était soldé par une première sortie remarquée pour s'opposer à la vision de Nicolas Dufourcq. Alors que ce dernier avait affirmé que le sauvetage de Petroplus ou des hauts-fourneaux de Florange n'aurait pas représenté «un bon business», l'ex-candidate à la présidentielle l'avait sévèrement recadré en affirmant que ces déclarations constituait un «grave dérapage» en ajoutant que la BPI était «là pour prendre des risques, parfois elle perdra, parfois elle gagnera.»

La patronne de Poitou-Charente avait déjà pris du recul

Par ailleurs, les critiques de la droite n'avaient pas manqué sur sa nomination. «La voilà banquière! Jusqu'à maintenant, ses investissements, notamment dans le groupe Heuliez, ne l'avaient pas particulièrement qualifiée pour cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant