Banque Populaire : L.Peyron remplace Le Cleac'h

le
0
Banque Populaire : L.Peyron remplace Le Cleac'h
Banque Populaire : L.Peyron remplace Le Cleac'h
Armel Le Cleac'h blessé à la main droite et forfait pour la Route du Rhum, c'est Loïck Peyron qui mènera le Maxi Trimaran Banque Populaire VII sur la célèbre transatlantique qui s'élancera le 2 novembre de Saint-Malo.

Banque Populaire a dévoilé jeudi matin le nom du remplaçant d'Armel Le Cleac'h à la barre du Maxi Solo Banque Populaire VII en vue de la Route du Rhum. Il s'agit de Loïck Peyron (54 ans). Un choix judicieux et logique puisque le marin baulois connaît bien le Team Banque Populaire, lui qui a conquis le Trophée Jules-Verne (tour du monde en équipage, sans escale, sans assistance) en 2012 à la barre du Maxi Trimaran Banque Populaire V.

Il fallait un marin très expérimenté et habitué des maxi-trimarans pour compenser le forfait sur blessure de Le Cleac'h, le Maxi Solo Banque Populaire VII (31,50m, ex-Groupama 3) étant une machine énorme, spécialement adaptée à la navigation en solitaire pour le deuxième des deux derniers Vendée Globe. « Loïck Peyron, rapidement séduit par cette opportunité, a pris le temps de réfléchir avant d'accepter de relever ce challenge, indique Banque Populaire dans un communiqué. Une navigation d'essai à bord du Maxi Trimaran avec le Team Banque Populaire lui a permis de juger des qualités intrinsèques de la monture et c'est enthousiasmé par ce grand défi que représente la participation à la Route du Rhum dans la catégorie des Ultimes, qu'il s'alignera au départ de la plus célèbre des transatlantiques. »

Cette décision de Loïck Peyron met donc un terme à son autre projet. Car le navigateur né à Nantes devait initialement prendre le départ à bord de « Happy », un petit trimaran de douze mètres datant de 1978 (sistership du fameux Olympus de Mike Birch) qu'il avait retapé pour disputer la transatlantique « à l'ancienne ». « C'est une malheureuse opportunité qui m'est offerte par Banque Populaire, a indiqué Loïck Peyron dans un communiqué. Même si choisir fut difficile, un défi comme celui-là ne se refuse pas ! » N'oubliant pas de remercier ceux qui l'ont aidé à remettre en état « Happy », Peyron l'affirme : « Le Rhum et Happy, ce n'est que partie remise ! »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant