Banque populaire - Caisse d'épargne : le président François Pérol en examen

le
4
Banque populaire - Caisse d'épargne : le président François Pérol en examen
Banque populaire - Caisse d'épargne : le président François Pérol en examen

Le président du directoire de Banque populaire-Caisse d'Epargne (BPCE) François Pérol a été mis en examen jeudi à Paris pour prise illégale d'intérêts dans l'enquête sur sa nomination controversée à la tête du groupe bancaire en 2009.

M. Pérol avait été nommé à la tête de BPCE après avoir passé deux années à l'Elysée comme secrétaire général adjoint, chargé des dossiers économiques. La gauche et des syndicats avaient dénoncé un conflit d'intérêts après sa nomination.

Ce puissant et influent patron devait  être entendu cette semaine par le juge d'instruction Le Loire. Une audition dans le cadre d'une enquête ouverte en juin 2012 pour prise illégale d'intérêts.

A l'origine, une plainte déposée par les syndicats SUD et CGT qui reprochent à François Pérol d'avoir joué un rôle dans le rapprochement des Banques populaires et des Caisses d'épargne alors qu'il était secrétaire général adjoint de l'Elysée, sous Nicolas Sarkozy. Le fait d'avoir pris, en 2009, la direction de ce qui est devenu BPCE constitue, selon eux, une prise illégale d'intérêts, punie jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 ? d'amende. La loi interdit aux fonctionnaires d'être embauchés par des entreprises sur lesquelles ils exercent une autorité directe.

Depuis quelques mois, l'enquête s'accélère. En mars, le domicile de François Pérol avait été perquisitionné par les policiers de la division d'investigations financières et fiscales. « Au-delà des motifs strictement juridiques, ce nouveau tempo s'explique aisément, pense savoir un cadre du groupe. François Pérol agace beaucoup de monde depuis qu'il a manifesté ses ambitions de développement dans l'assurance vie. »

Rien ne le contraindrait à démissionner

Depuis le printemps dernier, François Pérol ne cachait plus ses intentions de mettre fin, à terme, au contrat historique qui le lie à la CNP. Or ce projet, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos le jeudi 6 fév 2014 à 23:42

    Encore un proche de Sarkozy,il etait vraiment entoure de bras cassés et de malhonnetes.

  • M6283175 le jeudi 6 fév 2014 à 23:29

    Tout ce beau monde est répugnant et puant !!!

  • j.sallio le jeudi 6 fév 2014 à 23:12

    Il devrai se pencher sur son ex trésorier de campagne ductile de sa médiatisation et étant un évadé fiscal, dédaignant Son devoir français de s'acquitter du paiement de l'impôt français. La corruption est partout avec des visages différents Et le pouvoir et souvent de connivence avec cette économie sans visage.

  • j.sallio le jeudi 6 fév 2014 à 23:07

    Un pare-feu pour cacher le désaveu du parti socialisme Envers les français. Le but est de chercher des problèmes Là ou il n'y en a pas ou plus pour masquer des problèmesPrésents et futurs