Banque du Vatican : le directeur général et son adjoint démissionnent

le
0
Banque du Vatican : le directeur général et son adjoint démissionnent
Banque du Vatican : le directeur général et son adjoint démissionnent

Alors qu'une vaste enquête a été ouverte en septembre 2010 sur le fonctionnement de l'Institut pour les ?uvres de religion (IOR), appelé aussi banque du Vatican, ce lundi, le directeur-général Paolo Cipriani, et son adjoint, Massimo Tulli, ont présenté leur démission. Celle-ci a été aussitôt acceptée par le comité de surveillance de la banque et la commission des cardinaux. «Tous deux ont retenu que cette décision était dans l'intérêt de l'IOR et du Saint-Siège», a précisé le Vatican.

Le pape Benoît XVI, puis son successeur François, ont décidé de remettre de l'ordre dans l'IOR, nommant successivement de nouveaux responsables et instaurant des contrôles de plus en plus sévères sur cet institut tristement célèbre dans la péninsule en raison de son implication dans plusieurs scandales retentissants.

Un prélat accusé de blanchiment et de corruption

Ces démissions interviennent après l'arrestation vendredi d'un prélat du Saint-Siège, Mgr Nunzio Scarano, 61 ans, par la police italienne dans le cadre de cette enquête. Il est accusé de blanchiment d'argent et de corruption. Ce dernier travaillait à l'Administration du patrimoine du siège apostolique (APSA, l'organisme qui gère les biens du Saint-Siège). Il aurait, avec l'aide de deux personnes - un sous-officier membre des services de contre-espionnage italiens et un intermédiaire financier -, tenté de rapatrier à partir de la Suisse 20 millions d'euros en espèces, «fruit d'une fraude fiscale». Il a rejeté lundi les accusations de blanchiment d'argent et de corruption pesant sur lui.

Accélérer les réformes

Les fonctions des deux démissionnaires seront assurées par intérim par le président de l'IOR, Ernst von Freyberg. Il sera accompagné dans sa mission de Rolando Marranci en qualité de vice-directeur et d'Antonio Montaresi au nouveau poste de «chief risk officier» (responsable en chef des risques).

«Depuis 2010, l'IOR et sa direction ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant