Banque : des actions françaises attrayantes dans le secteur

le
0

Faut-il s'inquiéter du

peu d'appétit des banques européennes pour l'opération d'injection ciblée de liquidités (TLTRO) menée par la Banque centrale européenne le 17 septembre ? 

L'institution de Francfort avait bâti une opération inédite en Europe : allouer aux banques des refinancements de moyen terme à très bas coûts. 

Las, la première opération est une déception.

Seuls 82,6 milliards d'euros ont été demandés par 255 banques sur les 382 éligibles à l'opération. Un niveau nettement inférieur aux hypothèses de 130 à 150 milliards et même du seuil de 100 milliards, considéré comme un échec.

(lerevenu.com) -

La Banque centrale européenne visait

un double objectif. Permettre aux banques de mieux jouer leur rôle de financement de l'économie, tout en gonflant leur marge d'intérêt, et donc leurs résultats. 

À la différence d'autres activités économiques, le secteur bancaire ne doit pas, selon la Banque centrale, être régulé par les prix, mais par la solvabilité. Elle assume agir pour gonfler les résultats, gage de plus de solidité. Si ce point est en partie atteint, on reste loin de l'ambition première. 

Face à des entreprises en panne d'investissement, les banques n'avaient pas de raison de se précipiter. En clair, on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.

Pourtant,

une lecture plus optimiste n'est pas à écarter. Le calendrier de l'opération serait lui-même en cause. À quelques semaines des résultats

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant